(2è Cycle) À Cairhien
(Sujet créé par Durnik l 23/07/10 à 15:43)
non favori


Ce sujet est réservé aux RP se passant dans la ville de Cairhien - maison, Palais.

Sur la rive Est de l'Alguenya se dresse la ville de Cairhien, autrefois nommée Al'Cair'raihienallen - la Colline de l'Aube d'Or en ancienne langue - Capitale de la nation du même nom. Entourée des Faubourgs, rémanence d'une histoire pleine de conflits, la ville pétille d'activité entre commerce et Daes'Dae Mar, le Jeu des Maisons joué par chaque habitant de cette nation.



Aller en bas de page
<< Page précédente
Tous les posts
Korh'Gan
01/12/2010 21:41
Multi

Alias de Aergion
Le noble se tourna légèrement. Korh'Gan ne bougea pas d'un pouce, l'écoutant distraitement. Cela aurait été tellement facile de lui ouvrir la gorge : un pas en avant, un simple geste du bras, et il se retrouverait à genoux en train de se vider de son précieux fluide au beau milieu de son salon. Le myrddraal crispa légèrement ses mains, faisant craquer ses articulations, alors que Gaeldron s'extasiait sur son propre plan. Cela faisait bien trop longtemps qu'il n'avait pas tué quelque chose. Sans parler de quelqu'un.

Le myrddraal contempla le dos blafard de ses mains tout en répondant à son interlocuteur :

"Je devrais pouvoir réquisitionner des engeances de toutes sortes, le Maître a laissé des ordres à ce sujet. Tant que cela reste dans les limites du raisonnable nous pouvons puiser parmi celles qui sont stationnées à Cairhien."

Son ton se fit sarcastique quand il releva la tête vers l'humain :

"Néanmoins j'apprécierais beaucoup de pouvoir juger du "génie" de votre merveilleux plan, si cela ne vous ennuie pas trop."
Gaeldron
01/12/2010 23:01
Multi - plié
Multi-milliardaire

Alias de Demiandre
Gaeldron, toujours sans regarder le Myyrdraal, expliqua son plan. Le Myrrdraal souriait à la perspective de pouvoir tuer il semblait, ou tout du moins de se rendre dans un endroit peuplé mais isolé.

Gaeldron attrapa son épée dans son fourreau et l'attacha a sa ceinture pendant qu'il parlait. Il alla aussi vers sa garde robe, et changea de veste et de chemise, et il prit un manteau chaud, vêtements grossiers et très communs, du genre que porterait quelque marchand assez fortuné. Il mit de vieilles bottes usée. Il gardait toujours des vêtements comme ceux-ci pour simuler une faiblesse de sa Maison, ou pour se promener tranquillement en ville, passant à peu près inaperçu.

Il arriva auprès du Myyrdraal, déterminé, et le regarda en face.

"Allez mobiliser deux douzaines de Trollocs à la garnison de Trémonsien, je vous prie. Je pars vers le Travelling Ground du Palais. Dovie andi se tovya sagain" déclara t-il. Et il ne trembla point face au visage sans yeux.
Durnik
01/12/2010 23:58
Multi-tache!

Alias de Demiandre
Ce ne serait pas très discret de couper quelqu'un en morceaux sur la place du village." Dit Niedjan avant de se mettre à rire cristallinement. Elle tissa le Portail et tebdus son bras

"Nous y allons?"

"Ni très correct" répondit d'un ton sérieux Durnik, le genre d'humour qu'il aimait bien. Sarcastique. Ironique. Comme la vie. Il pris son bras et tendit la main gauche, se penchanr legerement en avant en une invitation à faire le premier pas à travers.

Dovie andi se tovya sagain dit-il par réflexe, ne sachant pas ce qui le poussa à dire ces mots. Il avait la même sensation que chez Daborwin, ou dans la demeure de Niedjan...

[HRP]La suite ici
Berislav
02/12/2010 00:18
Aux multiples visages

Alias de Owyn
Niedjan eut un sourire indéfinissable à la réponse de Durnik, mais son regard semblait exprimer un certain amusement. Mais alors qu'elle s'apprêtait à franchir le portail, il murmura une dernière phrase, dont la signification la surprit. D'autant plus qu'elle avait été dite dans sa langue maternelle... Elle le regarda une brève seconde, mais finit par se détourner, et franchit le portail d'un pas. L'ouverture se referma bientôt derrière Durnik, et ils purent voir autour d'eux des champs et des arbres, voilés par l'obscurité du soir... et un peu plus loin, les lumières d'une petite ville. Une route descendait vers elle.
Ils se mirent en marche, et Berislav respira pleinement l'air nocturne. Il faisait frais et tout était silencieux, on entendait juste quelques murmures lointains qui provenaient de la ville, comme des brides de musique. Un petit village tranquille parmi tant d'autres...
Krohrst
02/12/2010 00:20
Multi Pas gentil

Alias de Sordon
- "Rend-toi à la ville de Cairien au plus vite!, Là bas, tu aideras Korh'Gan, que tu as déjà rencontré par le passé.
Tu devras l'épauler dans la mission que je lui ai confiée. Il te donnera plus de précisions.
Tu es libre d'agir, mais Tu devras respecter le plan de Korh'Gan!"


Krohrst répondit à l'élu :- "Oui maitre!"
Et après un court instant, posa une question : -"Maitre? Comment puis-je Trouver Korh'Gan à Cairien? Je ne sais pas ou il est!"

L'élu répondit : - "J'y ai pensé, rends-toi à la caserne, et interroge les gents la bas! Mais ne les tue pas! Va maintenant, j'ai entière confiance en toi! Mon fidèle serviteur."

- "Bien maitre"


Alors qu'il approchait de la ville de puis les montagnes, Krorst aperçut un paysan occuper à labourer son champ. Tenailler par la faim, et le besoin irrésistible de nourrir son esprit dévasé, il plongea sur le malheureux. Quelques instants plus tard, un cadavre blême s'écrasa sur une route à proximité d'une des portes de la ville.
Le maitre serait content, il s'était nourrit, mais n'avait pas perdu de temps en savourant l'horreur et le désespoir de cet insignifiante créature.
C'est donc l'esprit éclaircit par l'apport d'énergie vitale que Krohrst se posa sans bruit dans la caserne de Cairien située un peu à l'écart de la ville du coté opposé aux montagne.

C'est d'une voie rappelant quelqu'un froissant du vieux cuire qu'il apostropha un homme dans la coure principale.

- "Ou est Korh'Gan?"


Paralyser de peur, le malheureux ne se mit à parler que lorsque pendu à une griffe à cinquante centimètres du sol, le dos lacérer, et le visage à quelques centimètres de deux lèvres noires, cachant mal une rangée de dents couleurs obsidienne, prête à déchirer une proie.

- "Je ne sais Pas! AAAAAAAHHHRRR, je ne connais personne de ce nom! AHHRG"


lâchant l'homme plus que le reposant, il se jeta sur un Troloc qui passait par là.

- "Ou est ton Myrdraal vermine?"


Et se n'est qu'une demi-heure plus tard qu'il obtint enfin une information convainquant. Le Myrdraal approchait! Il laissa donc le corps lacérer et sanguinolent du troloc qu'il tenait s'écraser par terre. Ce dernier, rampa hors de sa portée.
Krohrst se rendit alors à la porte principale, et attendis patiemment auprès des deux gardes paralyser de peur que son vieil ami Korh'Gan vienne le rejoindre. Si tant est qu'une engeance tel que lui pouvait se faire des amis.

De la caserne située derrière lui, on pouvait entendre monter des gémissements et des hurlements de douleurs. Lâché par les quelques dizaines de personnes qui eurent l'honneur de se faire interroger par Krohrst.
Aucuns ne mourrait, mais certain trolocs allait avoir besoin de quelques semaine pour se remettre. Et les humains… heureusement, aucuns n'était irremplaçable et la garnison bien assé fournie pour palier à ce petit problème.

Alors qu'il attendait, Krohrst senti sa faim inextinguible revenir.
Korh'Gan
02/12/2010 23:48
Multi

Alias de Aergion
L’évanescent écouta patiemment le noble lui expliquer son plan. Ça n’était pas si absolument stupide qu’il l’avait craint. Et après tout si Gaeldron avait envie de risquer sa peau de cette manière, grand bien lui fasse. Un échec ne risquait pas de lui retomber sur le dos. Quand l’humain en eut fini avec ses explications, le myrddraal hocha vaguement la tête et s’effaça parmi les ombres.

Il réapparut dans l’une des nombreuses alcôves d’un espace semi-circulaire, excroissance d’un hall plongé dans les ténèbres les plus complètes. Une poignée de créatures qui auraient pu être autant de ses reflets vaquaient à diverses occupation dans la salle.

Il aurait bien sur pu apparaître n’importe où dans le casernement des myrddraals, voire ailleurs dans la garnison qui n’étaient pas beaucoup mieux éclairée, mais les demi-hommes n’appréciaient guère de voir l’un des leur surgir près d’eux sans en connaître la raison. Et ce genre de malséance était punie d’un coup d’épée en pleine tête dans le meilleur des cas. D’où l’intérêt de telles alcôves permettant de maintenir le taux de quiétudes des évanescents un peu en deçà du seuil de meurtre.

Une certaine agitation régnaient parmi ses semblables, apparemment un draghkar harcelait les trollocs là haut, à la recherche d’un myrddraal du nom de Korh’Gan. Les trollocs paraissaient totalement incapable de faire face à la terreur volante, au grand amusement de ses frères, qui essayaient de se mettre d’accord sur celui qui allait devoir monter régler le “problème”. Korh’Gan résolu leur dilemme en leur annonçant son identité en même temps qu’ils leur présentaient l’ordre de réquisition fourni par son Maître. Les évanescents rétournèrent à leurs occupations respectives alors que Korh’Gan montait un escalier en colimaçon qui menait à la surface.

Il surgit à l’air libre à la lueur des étoiles et des feus de cuisines et dans la puanteur des baraquements trollocs. Il finit par repérer l’ombre ailée qui se découpait de temps à autre sur la voûte céleste au dessus des baraquements, et se dirigea dans sa direction. Au fur et à mesure qu’il s’en rapprochait, il commença à avoir son idée quand à son identité.

Le draghkar l’attendait perché sur un baraquement, drapé dans ses ailes de cuirs noires

“Bonsoir, Krohrst, je suppose que c'est notre Maître qui t'envoie ... “

Chance ou malheur, le myrddraal n’aurait su le dire. Il espérait juste que son Maître avait réussi à un peu mieux restreindre la folie furieuse du dévoreur d’âme depuis la dernière fois qu’ils s’étaient croisés.
Krohrst
04/12/2010 00:36
Multi Pas gentil

Alias de Sordon
Après un petit instant, Un Myrdraal vêtu de la traditionnelle cape d'ombre s'approcha.

- "Bonsoir, Krohrst, je suppose que c'est notre Maître qui t'envoie ..."

Le Myrdraal semblait légèrement amusé. Mais c'était difficile à dire su cette face blême.

- "Bonsoir Korh'Gan! "

Sautant au bas du baraquement, il terrorisa un peu plus les gardes en leur secouant les ailes sous le nez.
Savourant leur expression d'effroi, c'est après avoir lâché un rire guttural qu'il poursuivit.

- "Regarde moi ses vers de terres! Même pas capable de faire leur boulot correctement… Je devrais aider le maitre en débarrassant le monde de leur présence."

Avec un rictus pouvant passé pour un sourire il se tourna vers le Myrdal.

- "Le maitre veut que je t'épaule dans ta mission. Il m'a dit de juger par moi-même la situation, mais de me conformer à tes idées. Et il n'a pas perdu de temps à me donner des informations, tu vas avoir à me décrire la situation.
On a des condamnés ici? Je meurs de faim!

Il se tourna vers les gardes et sembla sérieusement considérer d'en priver un de son âme. Découvrant ses sinistres dents, il fit passer sa langue reptilienne d'une dent à l'autre. Les pauvres gardes perdirent leur sang froid et un des deux hommes se fit au pantalon, mais ils ne quittèrent pas leur poste.

- "Hirhirhr, c'est comme ça que je les aime, suant la peur! Les âmes sont toujours si gouteuses lorsque leur propriétaire est sous le coup d'une vive émotion. Ssssiii nourrissant. Mhhhh! Savais-tu celas mon ami? C'est pour ça que je t'apprécie tant! Avec toi, les âmes sont d'une saveur!
Mais trêve de plaisanterie, le maitre ne serait pas contant si je lui abimais ses gardes. Quel est donc cette mission mon ami?"


Il commença à se diriger vers la partie réservée aux membres supérieurs de l'armée du grand seigneur tout en écoutant la réponse de Korh'Gan.
La pluie commençait de tomber, et il avait horreur d'avoir les ailes mouillées.
Korh'Gan
05/12/2010 02:46
Multi

Alias de Aergion
Autant pour ses espoirs sur la santé mentale de Krohrst . L’évanescent tâcha de masquer son mépris devant les manières du draghkar. Il devait certainement lui rester quelques vestiges distordus d’humanité sous cet amas de démence pour qu’il ait encore des concepts aussi stupides que l’amitié en tête. Mais il était probablement aussi inutile de lui faire des remarques à ce propos que d’essayer d’empêcher un trolloc de penser avec son estomac.

Le myrddraal était néanmoins satisfait que Krohrst ait été mis sous ordre. Quoique perpétuellement assoiffé d’âme, son intelligence le rendait bien plus redoutable que ses congénères à peine capables de compter sur leurs dix griffes. Il hésita à lui révéler le plan qu’avait établi Gaeldron, mais mieux valait qu’il soit au courant, afin que son appétit ne l’amène pas à dévorer l’âme de qui il ne fallait pas.

“Tu vas avoir plus que de quoi te rassasier, Krohrst, mais tu vas devoir te contrôler. Si jamais ta fringale perpétuelle venait à me faire échouer, je veillerais à ce que les trollocs t’ajoutent comme ingrédient à leur rata avant que le Maître ne me tombe dessus.”

Il expliqua le plan de l’humain au dévoreur tandis qu’un nuage masquant partiellement les étoiles déversait une pluie fine sur la garnison éclairée par les feus trollocs. Autour des flammes ceux-ci braillaient, se battaient, se saoulaient ou dévoraient leurs immondes ragoûts dans un vacarme pire que celui des forges du Thakan'dar.

“Il va falloir que je me lie à une vingtaine de trollocs", dit-il une fois qu'il eut fini, en pointant du doigts les plus proches des bêtes puantes qui les entouraient. Les plus sobres commençaient déjà à s'éclipser en voyant qu'ils avaient attiré l'attention d'un myrddraal.

"Des faiblards de préférences. Tu vas peut être pouvoir m’aider à les choisir. Ça implique de les faire courir un peu … "

Korh'Gan dégaina sa lame noire et commença à avancer d'un pas menaçant vers l'un des rassemblements d'engeances. Les trollocs le regardèrent d'un air hésitant et apeuré pendant quelques instants, puis prirent la fuite suivant une trajectoire plus ou moins rectiligne. Parfois un myrddraal désœuvré s'amusait avec les trollocs, que le but soit simplement des les effrayer ou d'en tailler un en pièces pour le plaisir, mieux valaient pour eux qu'ils courent.

"Attrape moi les traînards, je vais leur donner l'occasion de dessaouler très vite."

Le draghkar serait peut être même un peu divertissant. Il lui arrivait d’avoir des idées perverses qui ne viendraient pas à l’esprit d’un évanescent. Cela aussi devait être un résidu d’humanité.
Krohrst
05/12/2010 04:23
Multi Pas gentil

Alias de Sordon
Alors que la bruine commençait à sérieusement agacer Krohrst, Korh'Gan lui expliqua le plan de Gaeldron. Risqué, mais pas si stupide. Mais de toute façon, cela importait bien peu pour le Draghkar, qui pouvait voler, et aurait des âmes à profusion pour tenter de contenter cette inlassable sensation de manque qu'il ressentait.
Apparemment, le maitre tenait beaucoup à voir cette mission arriver à terme. En effet, le Myrdraal semblait anxieux qu'il ne puisse pas se contrôler. Et menaça Krohrst. Mais au nom de leur amitié, il pouvait lui pardonner cela.
Alors que Korh'Gan commençait à menacer les Trollocs, Krohrst répondit d'un ton menaçant.

- "Très bien Korh'Gan, on va voir si cette vermine mérite de servir le grand seigneur."

Sous la menace d'un Myrdraal visiblement hargneux, les Trollocs assé sobres pour courir prirent la fuite d'une manière plus ou moins rectiligne, évitant juste de foncer tête la première dans un mur.
Les Trollocs à mi-chemin entre sobriété et alcoolisme sévère, zigzaguait et allaient de temps en temps, se cogner ici et là.
Les Autres, trop bourré pour quoi que ce soit, continuèrent simplement à grogner par terre, se demandant ce qui pouvait bien se passer.

Krohrst se dirigea vers les Trollocs qui n'avaient pas bougé, et leurs donna tour à tour des coup de pied et de griffe pour voir si certains étaient tout de même capable de réagir. Ils seraient parfait à près une petite marche forcée... Malheureusement, seul trois, réagirent et tentèrent le mordre. Mais un coup de pied bien placé et un ordre bref prononcé d'un ton sinistre, mais autoritaire "Lève toi!, et va vers ce mur la bas!" suffit à les calmer. et c'est en grognant qu'ils allèrent tituber vers l'endroit désigné.

- "J'en ai déjà trois!, regarde les, ils tiennent à peine debout, ils seront parfais après le petite marche qui les attend!. Je m'en vais de ce pas te ramasser quelques fuyard."

Prenant son élan, Krohrst s'envola, et fondit sur un Trolloc bourré,le heurtant dans le dos, il projeta ce dernier à terre et continua son vol en direction d'un autre.

Les Trollocs, déjà pas très assurés sur leurs jambes, harceler par un Draghkar insaisissable commencèrent à se dégriser, mais également à fatiguer. Et tous ceux qui étaient sobres, étaient déjà bien loin.

Continuant son petit manège et griffant certain Trollocs, Krohrst prit quelques petits coup sans importances et s'amusa beaucoup à mal-traiter les Trollocs.

Pendent ce temps, Korh'Gan rassemblait les Trollocs qui s'effondraient, ou qui rataient un pas les précipitant au sol.
Korh'Gan
06/12/2010 00:04
Multi

Alias de Aergion
Il avançait d’un pas délibérément lent pour laisser le temps aux trollocs de le voir arriver. Krohrst le devança, ses ailes se déployant tel un vaste étendard, et se jeta contre les trollocs qui ronflaient près du feu, trop ivres pour se rendre compte de ce qui se passait. Puis, alors que le myrddraal approchait, les trollocs commencèrent à se redresser péniblement, harcelés par les caquètements et les griffes du draghkar .

Il tourna son regard dément vers Korh’Gan, baragouina une phrase exultante que le myrddraal ne comprit pas, et s’élança dans les airs, pour retomber quelques instants plus tard, écrasant contre le sol un trolloc un peu trop lent.

Autour du feu, trois trollocs le regardaient depuis leurs dix pieds de haut, les yeux emplis de toutes la terreur qu’il était possible pour eux de ressentir, mais n’osant plus bouger tant qu’ils se trouvaient à portée d’épée du myrddraal. Subitement ils se mirent à hurler, alors que l’évanescent s'immisçait sans la moindre douceur dans leurs esprits. Il n’aimait pas faire ça, surtout en sachant qu’il allait devoir sentir les trollocs se faire massacrer d’ici peu. Mais le plan ne laisserait pas de place à l’erreur, il fallait qu’ils lui obéissent au doigt et à l’oeil.

Désormais tenus en laisse aussi sûrement que si ils avaient eu une autour du cou - plus même , les trois brutes suivirent docilement Korh’Gan alors qu’il faisait subir le même sort aux trollocs qui étaient tombé sous le poids de Krohrst. Suivant la piste erratique du draghkar, il eut vite fait de rassembler la vingtaine de trollocs qui lui était nécessaire. La peur et le liage avaient sérieusement dégrisés les engeances, mais elles restaient relativement peu vaillantes. Exactement ce qu’il lui fallait.

Il fit signe à Krohrst - qui s’amusait toujours avec les fuyards - de les suivre. Puis il ordonna à un crâne d’aigle de lui ramener une monture aux portes de la garnison , vers lesquelles il se dirigea avec sa petite troupe.
Berislav
12/05/2011 23:16
Aux multiples visages

Alias de Owyn
Niedjan se serait attendu à ce que Durnik utilise de pouvoir pour soulever le Draghkar, mais enfin... il n'avait pas encore le réflexe. Pas d'importance... La vue trouble, elle franchit le portail avec peine, et le laissa se refermer presque sitôt qu'ils furent passés, vidée de son énergie. Avec l'aide de Durnik, elle s'installa sur un fauteuil, et sa tête retomba lourdement contre le dossier rembourré. Elle se sentait lasse... énervée... épuisée. Mais le Tairien lui parlait. Elle tourna la tête vers lui et acquiesça :

"Oui... je l'interrogerai plus tard. S'il se réveille pendant que tu l'emmènes, préviens-moi."

Elle ferma les yeux, mais son poing se crispa :

"C'était Belial, Durnik... j'en suis sûre à présent. Cela se paiera... Si fort soit-il, il n'échappera pas à ma vengeance, cette fois-ci."

Mais pas tout de suite... Pour l'instant, elle se sentait sombrer doucement, sans savoir si elle allait dormir ou perdre connaissance.
Krohrst
13/05/2011 20:58
Multi Pas gentil

Alias de Sordon
[d10] / 10

Alors que le monde tournoyait autour de lui, il senti quelqu'un canalisait le saidin à proximité. Puis il fut trainé tant bien que mal. dans sa semi-conscience, il entendit des voix. Mais ne parvint pas à en saisir le sens. Puis malgré le retour de sa partie humaine, la folie revint. Et avec elle, les souvenir de sa captivité. Sa vie d'avant comme aimait à l'appeler Belial. Et dominant le tout, le souvenir de la douleur. Il se rappela la sensation d'os brisés qui lui parcourait le dos alors que sa peau était arrachées pour livrer passage à une paire d'ailes. la souffrance ressentie lorsque que ses membres furent écartelés de l'intérieur. La brulure du pouvoir, la folie qui tendait ses tentacules au sein de son esprit éprouvés. Mais par dessus tout, il se rappela de la douleur que lui procura le désespoir lorsqu'il comprit qu'il ne pourrait pas s'échapper.
Alors Krohrst cria. tout comme six années en arrière, un cri empreint de désespoir fit vibrer les mures autours de lui. :

"AHHHHRRR! NON! MAUDIIII! AHHHHHHHHHHH!"

Son propre cri le tira de l'inconscience. le corps encore douloureux de la guérison et des réminiscences de son rêve.

"maitre? Ou êtes-vous?" Alors il se rappela. Il avait trahit le maitre. il s'était libérer du maitre. Désormais, il servait Berislav! "Non, non! pas le Maitre. Seigneur Berislav vous êtes là?" Puis insidieusement, il senti la faim de la folie sourdre des profondeur de son corps. "Je vous en supplie Maitre, sauver moi de la folie de Belial."

puis il remarqua que ce n'était pas le seigneur qui le portait. "qui?, qui êtes vous?" ces derniers mot étaient plus un murmure que des paroles bien structurées.
Durnik
19/05/2011 23:28
Multi-tache!

Alias de Demiandre
"Oui... je l'interrogerai plus tard. S'il se réveille pendant que tu l'emmènes, préviens-moi."

Elle ferma les yeux, mais son poing se crispa :

"C'était Belial, Durnik... j'en suis sûre à présent. Cela se paiera... Si fort soit-il, il n'échappera pas à ma vengeance, cette fois-ci."

"Vous pouvez compter sur moi" Répondit-il simplement. "Je suis votre homme jusqu'à la mort..."

"AHHHHRRR! NON! MAUDIIIIT! AHHHHHHHHHHH!" Rugit le Draghkar soudainement, alors que Durnik s'approchait de lui pour l'emmener dans une cellule du manoir de Niedjan.
"maitre? Ou êtes-vous? Non, non! pas le Maitre. Seigneur Berislav vous êtes là? Je vous en supplie Maitre, sauver moi de la folie de Belial."

Durnik ne comprenait pas ce qu'il se passait. Il avait dû rater quelque chose pendant qu'il errait dans les rues de Trémonsien.

[d10] -2 (air) = 8/10

Il canalisa et enserra le Draghkar dans des liens d'Air pour l'empêcher de bouger. Il ne voulait pas risquer une bévue. Avec Niedjan totalement épuisée, il était sa seule ligne de défense.

"Ne fait rien d'inconsidéré" lui dit-il. "En l'état actuel des choses, tu es en notre pouvoir et nous sommes apparemment ton seul espoir. Donc tu vas nous obéir au doigt et à l’œil. Commence par réduire le débit d'insanité que tu débite. LA journée fut rude, et nous sommes trop fatigué pour t'entendre geindre toute la nuit. Si tu ne te calme pas, je n'hésiterai pas à t'éliminer. Est-ce clair?" Il observait le Draghkar, le bloquant du regard.
Krohrst
20/05/2011 20:24
Multi Pas gentil

Alias de Sordon
Dès qu'il eut finit de murmurer, il sentit des liens d'air l'enserrer. Que se passait-il, pourquoi le bloquait-on?
La folie gagna en intensité, lui faisait ressentir une faim terrible, qui lui nouait les entrailles.
Il eut soudain envie de mordre de la chaire, de laisser sa colère éclater. Mais il ne pouvait pas bouger. il tenta de se débattre, mais rien n'y fit.

[d10] + perception : 9 = 17/20 Alors, son coté humain reprit le contrôle de son corps. désormais, agité de spasmes retenus par le pouvoir, il livra une bataille en son propre sein. et réussit à reléguer la folie tout au fond de son âme. Avec la folie, la douleur disparut. et il entendit les dernier mots de l'homme.
"...te calme pas, je n'hésiterai pas à t'éliminer. Est-ce clair?" Il ne savait pas ce que l'homme avait dit, mais instinct de survie, figea son corps. seul quelques petit râles s’échappait encore de sa bouche. Puis au bout d'un petit instant, il dit d'une voie rauque : "C'est très clair, mais libérer moi de la folie de Belial, ou je ne pourrai pas me contrôler...." Puis il regarda l'homme droit dans les yeux. laissant entrevoir sa douleur. puis la folie revint à l’assaut. ses yeux se mirent à rouler dans leurs orbite alors qu'un râlé de douleur s’échappait à nouveau de ses lèvres.
Berislav
27/05/2011 22:21
Aux multiples visages

Alias de Owyn
Surprise par les paroles de Durnik, Berislav tourna la tête vers lui et esquissa un début de sourire. Mais le draghkar inconscient se mit soudain à hurler, et elle se redressa à demi, ce geste brusque déclenchant un vertige inopiné. Ses mains se serrèrent sur les accoudoirs de son fauteuil le temps que sa vision s'éclaircisse de nouveau, et par chance, le tairien fut plus prompt qu'elle à réagir. Bien qu'elle doutait que le draghkar aurait tenté de l'attaquer. Pas si elle en croyait ce qu'il avait dit. Et ce qu'il hurlait à présent. Alors que l'engeance répondait d'une voix rêche aux menaces de Durnik, elle se leva et s'approcha avec lenteur, frêle silhouette vêtue de blanc et aux cheveux de neige, telle l'ange salvateur que la créature semblait demander. Elle sourit doucement, et sa main fine vint se poser sur sa tempe pour guider le regard fou vers le sien.

"Est-ce vraiment l'œuvre de Belial ?" murmura-t-elle pour elle-même. "Cela ressemble plutôt à la signature d'Asclèpe..."

Il avait toujours aimé... modifier les êtres. Mais que les deux élus aient pu s'associer pour créer cette créature n'était pas totalement exclu. Ses doigts s'écartèrent du visage du draghkar dans un léger effleurement.

"Je ne peux rien pour l'heure... mais je te libèrerai de ta folie. Tu n'auras plus à craindre Belial si tu promets de me servir fidèlement... Tu verras que je sais récompenser ceux qui œuvrent en mon nom." Elle sourit de nouveau. "Mais pour cela, tu dois me prouver que tu mérites ma confiance..."

Avec un peu de chance, le draghkar comprendrait de lui-même où elle voulait en venir, et lui livrerait toutes les informations qu'elle voulait. Elle recula d'un pas, se rapprochant de Durnik, sans quitter l'engeance des yeux.
Durnik
08/08/2011 23:19
Multi-tache!

Alias de Demiandre
"Que faisons-nous maintenant? " Demanda t'il à Niedjan. "Il ne semble pas vraiment coopératif. Le laisser sans surveillance me semble dangereux. Nous devrions l'enfermer jusqu'à ce que vous puissiez faire quelque chose pour lui. En attendant, il représente un danger et je ne souhaite pas le laisser agir à sa guise. Voulez-vous que je l'enferme?"

Il réfléchit un instant, repensant à ce qu'avait dit Niedjan 'Qui est Asclèpe. Je ne me souviens pas en avoir entendu parler auparavant... Et comment pourrais-il prouver qu'il mérite votre confiance?"
Krohrst
26/08/2011 17:43
Multi Pas gentil

Alias de Sordon
Alors que la folie le reprenait, Krohrst senti des doigts toucher sa tempe droite. étrangement, sans pour autant supprimer sa folie, celle-ci semblait stoppée. Il comprit donc parfaitement ou l'élue voulait en venir.

baissant légèrement la tête, son corps toujours enserré dans ses liens d'air, il répondit d'une voie brisée :

- Je vous servirai fidèlement, je le jure! (idée parfaitement humaine, une engeance n'as pas de volonté propre suffisante pour prêter un serment de plein gré normalement.)
- Belial voulait infiltrer le seigneur Gaeldron au sein des amis du créateur. ce dernier à fortement perdu l'héstime de l'élu ces derniers temps. Avec l'aide du myrdraal Korh'gan, nous devions attaquer un groupuscule de serviteur de la lumière à Trémonsien. Gaeldron devait alors dans la précipitation des événement sauver quelque uns des hommes prouvant ainsi son affiliation à la résistance...
mais rien ne s'est passé comme prévu! Avant même l'attaque , j'ai survolé un canalisateur hostile, et l'auberge grouillait de personnes aux capacités surprenants, dont vous seigneur. Puis ensuite, je ne me rapèlle pas grand chose d'autre que le goût du sang de cette petite fille, terrorisée, si frêle dans mon étreinte. C'est la folie de Belial, pardonnez-moi seigneur de vous avoir attaquer, je ne peut pas me maitriser. J'ai besoin de sang, j'ai besoin de souvenir! J'AI BESOIN DE ME NOURRIR DE LEURS ÂMES! AHRRRRRR!


un spasme spécialement violant secoua le corps du Dragkar malgré les lien de pouvoir puis la folie le reprit de plus belle.
Berislav
24/10/2011 18:20
Aux multiples visages

Alias de Owyn
Ignorant Durnik, Niedjan gardait les yeux résolument fixés sur le draghkar, comme si par la simple intensité de son regard sombre, elle pourrait maintenir un instant à l'écart la folie qui rongeait l'esprit de Krohst. Et un léger sourire vint effectivement marquer ses lèvres lorsque l'engeance jura, au bord de la panique. Mais son expression se durcit très vite à mesure du récit qu'il lui faisait, et bien qu'elle gardât un air relativement neutre, lorsque le draghkar se remit à hurler comme un dément, elle se retenait tout juste pour ne pas exploser de colère. Belial l'avait attaquée directement... Il avait attaqué ses sujets, l'un des derniers crimes qu'interdissait le Grand Seigneur... Le maudit traître ! Elle qui était le plus faible des élus risquait de se retrouver dans une position fort difficile... voire mortelle, si elle ne parvenait pas à prouver aisément la désobéissance de Belial... Ou plus simplement à se venger.
Un instant silencieuse, comme indifférente aux hurlements de l'engeance, Niedjan parut finalement revenir à elle. Elle posa une main sur la tempe de Krohrst, qui put sentir un certain engourdissement tomber sur son esprit, une paix factice qui calmerait sa folie. Jusqu'à ce qu'elle soit sûre de sa loyauté... et surtout, qu'elle ait assez d'énergie pour le soigner. Exsangue, l'élue se recula et retourna s'asseoir.

"Inutile de l'enfermer. Qu'on le mène dans une chambre des sous-sols. Il sait qu'il mourra certainement si jamais il quitte ses lieux."

Des pas résonnèrent dans les couloirs comme par miracle, de ses serviteurs qui répondaient à son appel silencieux. Puis son regard se tourna vers Durnik et elle répondit d'une voix calme et morne :

"Je pourrai lui faire confiance, tant que je pourrai lui apporter ce qu'il désire... Quant à Asclèpe... Il s'agit d'un élu, l'un des premiers d'entre nous. Un ancien scientifique qui aimait à modifier les êtres et à se prendre pour le Grand Seigneur. Il s'est peu montré ces derniers temps... Sans doute est-il trop occupé à ses expériences, mais je le vois bien s'allier à Belial..."

Elle laissa s'écouler un nouveau silence, puis ses yeux se fermèrent alors qu'elle s'enfonçait dans son siège.

"J'ai besoin... de réfléchir. Nous parlerons demain, Durnik. Bonne nuit."

Sa voix diminuait, et elle ne souhaitait pas montrer davantage de son actuelle faiblesse. À qui que ce soit...
Durnik
09/05/2012 19:34
Multi-tache!

Alias de Demiandre
"Bien ma Dame" dit-il formellement, étouffant un bâillement. Il tourna les talons et fit signe à deux gardes d'emmener le Draghkar, toujours enserré dans des liens d'air. Il referma les battants de la pote des appartements de Niedjan et suivit les gardes. Le Draghkar n'était pas calmé, mais il semblait être moins bruyant. Les gardes semblaient légèrement effrayés par ce tapage, mais ils avançaient toujours. Ils descendirent au sous-sol où Durnik choisit une chambre assez isolée pour empêcher les bruits de remonter à l'étage. Il posta des gardes à l'entrée au cas où.

*Niedjan le pense peut-être inoffensif, mais cette chose pourrait bien oublier qu'il n'a aucune chance s'il ne se rallie pas à nous. Ces accès de folie sont impressionnants. Si c'est l’œuvre de Asclèpe, ou de Belial ou des deux, il nous faudra être d'autant plus prudents. Si il s'échappe, qui sait ce qu'il pourrait révéler sur nous...*

Il reprit la direction de sa chambre. En chemin, il repensait encore et toujours aux prédictions. A Demiandre. Aux Élus et leurs luttes interne. Il ne savait quoi penser d'eux. Certains n'hésitaient pas à être vainement cruel et sadiques, mais Niedjan semblait plus réservée, plus "humaine". Une colère froide.

Il arriva à ses appartements, et s'allongea sur le lit pour reprendre des forces. Après une légère nuit de sommeil, il se réveilla courbaturé et encore un peu faible, mais il devait garder la forme. Il pratiqua plusieurs entrainements - souplesse, épée, saidin, avant de se préparer pour commencer à interroger le Draghkar avant que Niedjan le fasse. Autant alléger son labeur en lui donnant un premier rapport. Elle pourrait ainsi se concentrer sur les problèmes essentiels. Il se rendit donc au sous sol et pénétra dans la chambre du Draghkar
Krohrst
14/05/2012 23:06
Multi Pas gentil

Alias de Sordon
Prit dans les rets de la folie, Le dragkar n’entendit ni vit rien lors de son déplacement. Au milieux de la nuits, alors que les liens d'air faiblissaient quelque peu, ses spasmes devinrent douloureux, puis il se blessa en tressautant contre le sol. Laissant échapper de longues plaintes lugubres et glaçantes.
Son corps sevré de sang et tout juste ressortant d'un guérison menaçait de défaillir, tandis que la folie induite par le besoin d’âme le maintenait éveiller. Au petit matin, le manque d'énergie psychique et de sang était tel que la folie elle-même ne russisait pas à le maintenir éveiller. Il sombra dans le coma, le même qui suivit sa naissance, le même qui se pointait alors que le maitre voulait le faire souffrir.
Car ce comas n'était pas un paisible sommeil proche de la mort, mais une perpétuelle souffrance, de l'âme et du corps, un cauchemar perpétuel. Forçant l'humain qu'il fut à contempler la source du mal qui corrompt son corps. lui révélant tout l'ampleur de la contamination. Créant ainsi la folie qui l’empêche de contrôler ses pulsions, torturant à jamais son âme, et marquant son corps de cicatrices dues aux spasmes et aux chocs contre le sol et les parois.

Lorsque l'homme pénétra dans la pièce, c'est une vision d'horreur qui l'attendait. Le dragkar, gisant dans une flaque de sang, de bave et d’excréments, incapable de se relever, incapable de contrôler son corps. gémissant malgré l’absence de son esprit.
Aller en haut de page
<< Page précédente
Tous les posts