(2è Cycle) Tar Valon (RP)
(Sujet créé par Durnik l 04/01/10 à 19:45)
non favori


Sur une île au milieu du fleuve Erinin se dresse la ville de Tar Valon, construite il y a bien longtemps par les batisseurs Ogiers avec en son centre, dominant tout, la Tour Blanche, siège du pouvoir des Aes Sedai.


Aller en bas de page
<< Page précédente
Tous les posts
Airin
19/04/2011 16:56
Lié à Lhaër Sedai
multi

Alias de Owyn
Vraiment, il avait du mal à comprendre qu'on puisse venir volontairement se fourrer ici autrement que par nécessité ou par intérêt. Même en étant Lige, il se souciait assez peu des conflits d'intérêt entre les ajah, mais dans ce nid de vipères, rares étaient les personnes à qui l'on pouvait faire intégralement confiance. Pour sa part, il n'avait accordé la sienne qu'à Lhaër et aux quelques personnes qui lui étaient proches. Sans elle, il regretterait probablement amèrement à présent sa mer natale, trompeuse elle aussi mais d'une toute autre manière. Ayant retrouvé sa neutralité, il regarda la jeune femme avec un sérieux à tout épreuve :

"Je crois que vous ne réalisez pas bien ce qu'est la Tour."

Son statut lui avait permis de dire cela, mais aussi, peut-être, le fait que personne ne se trouvât à proximité.

"Je n'ai aucune opinion sur votre talent ou votre carrure, rien n'empêche une femme d'être une bonne guerrière. Mais ce n'est pas moi qui décide. Je peux toujours vous conduire au maître d'armes si vous y tenez, mais vous tombez mal. L'un d'entre eux est absent pour le moment, quant à l'autre, il est extrêmement à cheval sur la tradition. N'ayez donc pas trop d'espoir."

L'Atha'an miere ne pensait pas qu'elle aurait vraiment eu beaucoup plus de chance avec Owyn qu'avec Hennar de toute manière. Il connaissait plutôt bien les deux maîtres d'armes pour avoir été l'élève de l'un et le camarade de l'autre, et aucun n'était réputé pour son laxisme.
Keiran
19/04/2011 21:23
Algai'an Shar

Elle aurait aimé lui répondre qu'au contraire, elle réalisait parfaitement bien ce qu'était la Tour, et tout ce que celle-ci représentait pour elle. Honnêtement. Mais elle ne le pouvait, et dans tous les cas, ça n'aurait rien changer. Les coins de ses lèvres s'affaissèrent un peu.

"Je vois...et je comprends, même si je ne peux nier que cela me désole. Je ne tiens pas à mettre votre parole en doute, vous connaissez ces personnes bien mieux que moi et vous m'évitez tout probablement d'essuyer un nouvel échec pour les mêmes raisons que vous avez précédemment évoquées.Keiran marqua une pause. Je suis peut-être déterminée, mais je sais reconnaitre quand il faut arrêter de s'obstiner inutilement."

La Saldaeane ne voulait en aucun cas qu'il pense qu'elle essayait de l'attendrir. Cela aurait-il même pu être possible ? Cependant, elle aurait vraiment aimé trouver un façon d'intégrer la Tour.

"Il n'y a donc vraiment rien à faire pour moi? La garde ou la servitude sont les seules autres alternatives..."

Un très long soupire s'en suivit.
Airin
19/04/2011 21:50
Lié à Lhaër Sedai
multi

Alias de Owyn
Sa proposition parut plus claire pour la jeune femme que ses précédentes réticences. Elle parut déçue, malgré ce qu'il avait dit sur la Tour, et sur le point d'abandonner. Dommage d'avoir fait un si long voyage pour rien...
Il la regarda un instant, alors qu'elle soupirait, évoquant même la possibilité d'entrer parmi les serviteurs ou les gardes. Il inclina légèrement la tête sur le côté tout en la regardant, pensif.

"Navré."

En principe, il se serait probablement arrêté là, mais quelque chose l'intriguait. Quelque chose qui pourrait tourner très vite à la méfiance en fonction de l'insistance qu'elle manifesterait par la suite. Il demanda donc :

"La servitude ? Cela ne vous conviendrait pas vraiment je crois... Vous voulez donc tant servir la Tour ? La plupart viennent ici pour y recevoir une éducation soit militaire soit intellectuelle, mais pas vraiment par vocation."

D'ailleurs, toutes les personnes qui venaient s'instruire à la Tour n'étaient pas forcément des canalisateurs ou des Liges, mais tous y étaient liés. Il la regarda un moment en silence.

"Venez vous entraîner avec moi." proposa-t-il. "Au moins, vous aurez l'occasion de voir la Tour, et peut-être trouverez-vous quelque chose sur place. De plus, je n'ai jamais eu l'occasion de combattre une femme de la Saldaea."
Keiran
20/04/2011 00:12
Algai'an Shar

Comment allait-elle pouvoir lui répondre sans s'enfoncer davantage? Éveiller des soupçons serait catastrophique, mais Keiran avait compris que jouer la carte de l'insistance n'était pas bon. Autant accepté les choses avec humilité sans surjouer. Après tout, la véritable raison de leur venue, à Meryl et elle, à Tar Vallon, était toute autre.

"Non, la servitude n'est pas ma tasse de thé et je pense que tous mes efforts ne suffiraient pas pour accepter cet état. Ma vocation est de m'entrainer, comme je le faisais avec mes Frères. J'espère seulement que je pourrais être acceptée ailleurs, telle que je suis. Sinon, je m'en retournerais à Maradon. Mon cousin, elle faisait allusion à Meryl, qui n'était pas réellement son cousin ceci-dit et bien qu'elle ne l'avait aucunement cité auparavant, m'avait prévenue que cela se passerait ainsi, mais j'étais trop fière pour admettre qu'il avait raison et moi tort."

Keiran fit la moue en haussant les épaules. Alors elle entendit ce que le Lige lui proposait. Dans ses yeux brûla soudainement une flamme qui aurait pu faire fondre ces pupilles de glace turquoise.

"Vraiment? Vous me feriez cet honneur? Oh mon cousin n'en reviendra pas quand je le lui dirai! Désolée, je m'emporte. Que c'est gênant", dit-elle en baissant légèrement les yeux alors que ses pommettes se coloraient de rose.
Airin
20/04/2011 00:42
Lié à Lhaër Sedai
multi

Alias de Owyn
Il était plutôt évident en effet que la jeune femme n'aurait pas vraiment fait une très bonne servante. C'était une guerrière et ça se voyait aussi bien dans son regard que dans sa façon de se déplacer. Il releva néanmoins qu'elle parlait d'un cousin qui l'accompagnerait, elle n'avait donc pas fait ce voyage seule, ce qui ôtait une part d'étrangeté à ce voyage un peu fou. Un peu moins méfiant, il se contenta d'acquiescer avec un léger hochement d'épaules mais ne dit rien.
L'enthousiasme soudain de la jeune fille, en revanche, lui arracha un peu plus de réactions. D'abord légèrement surpris, il laissa une ombre de sourire glisser sur son visage basané, puis secoua la tête.

"Ce n'est pas un honneur, je ne suis qu'un Lige." Et suffisamment intelligent, sans doute, pour ne pas tirer d'orgueil de cette fonction. "Si vous souhaitez récupérer vos armes ou bien vous changer pour adopter une tenue plus adaptée, nous pouvons nous retrouver dans un moment devant la porte Sud de la Tour."

Ou bien y aller maintenant. Attendant une réponse, il observa de nouveau la jeune femme. Son enthousiasme ne semblait pas feint et concordait avec son histoire. Après tous, les gens passionnés n'étaient pas toujours suspects.
Keiran
20/04/2011 16:16
Algai'an Shar

La jeune fille était assez satisfaite de ce dénouement. En plus, le Lige semblait la regarder d'un oeil un tout petit peu moins méfiant. C'était déjà pas mal. Réfléchissant à la proposition, Keiran se dit qu'il vaudrait peut-être mieux voir Meryl, avant d'entamer quoi que ce soit.

"Je crois que je vais d'abord aller me changer, dans ce cas. Je préviendrais également mon cousin, car à l'heure actuelle, il doit certainement se demander si je me suis perdue en pleine ville."

Souriante, elle lui fit un signe de la tête.

"Je fais au plus vite, et je vous rejoins à la Tour."

D'un pas énergique, Keiran se dirigea vers le centre, en quittant le Lige. Elle allait devoir expliquer tout ça à Meryl, et elle imaginait déjà sa réaction.
Airin
20/04/2011 18:12
Lié à Lhaër Sedai
multi

Alias de Owyn
"Très bien, à votre guise. Je vous attendrai."

Il la salua d'un signe de tête, puis après qu'elle se fut éloignée, se détourna pour contempler un moment le fleuve. Ses yeux glissant sur les eaux tranquilles, il réfléchissait distraitement aux paroles et attitudes de la jeune femme. Elle était quelque peu étrange, il fallait l'avouer, mais une femme qui choisissait de se détacher des codes de sa gent pour devenir une guerrière devait déjà avoir un caractère particulier, d'une certaine façon. Il resterait attentif, mais pas inutilement méfiant. Et il aurait encore bien l'occasion de la tester. Mais il ne serait probablement pas mécontent de ce combat qui romprait quelque peu avec la monotonie de ces derniers jours.

Il resta quelques longues minutes à fixer le fleuve, puis jugeant qu'il était temps de commencer à se mettre en route, se détourna et prit le chemin de la Tour. Les Gardes de la porte sud le saluèrent en le voyant approcher, et après un signe de tête dans leur direction, s'adossa contre les pierres grises du mur d'enceinte et attendit.
Keiran
20/04/2011 19:38
Algai'an Shar

Au pas de course, elle avait rejoins l'auberge dans laquelle ils séjournaient avec Meryl. Comme elle s'en doutait, il l'attendait assis à la petite table de la chambre, les bras croisés et la mine exprimant un sentiment tout autre que celui de la joie. Meryl était un gaillard grand et relativement massif, une apparence qui rompait avec la sur-protection dont il faisait preuve avec Keiran. Alors qu'il ouvrait la bouche, celle-ci l'interrompit comme elle entrait dans la chambre.

-"Je sais, je sais, je n'étais pas censée m'absenter aussi longtemps, et pourtant je vais devoir repartir." Keiran s'affairait déjà à chercher dans leur nécessaire de voyage, ce qu'elle aurait pu endosser pour son entrainement.

-"Et tu crois que je vais te laisser repartir comme ça, sans même une explication? Qu'est-ce que tu as encore pu bien faire?" Meryl n'était pas en colère, d'ailleurs il n'avait pas élevé la voix, mais de toute évidence il s'était préoccupé et désirait savoir ce dont il en retournait. Il la fixa alors de ses yeux émeraudes, en attendant qu'elle lui réponde.

-"Tu as raison, je suis franchement désolée." Elle lui relata ainsi ce qu'il venait de se passer, le plan qu'elle avait imaginé et son rendez-vous avec le Lige. "C'était bête de ma part, j'ai parlé avant de réfléchir, comme d'habitude. Tu aurais eu beaucoup plus de chance que moi d'infiltrer la Tour pour suivre une formation de Lige. Quelle idée que j'ai eue. Ceci-dit, j'ai peut-être trouvé l'occasion pour enquêter quelque peu. La ville bouillonne. Apparemment il y a eu une attaque à la Tour. Ils ont soupçonné que l'attaque avait été menée par des Amis du Créateur, mais je suis convaincue qu'ils ont dû être assister par des gens plus puissants. C'est une affaire à creuser. Il se peut que tous ne soient pas nos ennemis dans cette ville." Pendant qu'elle parlait, elle avait commencé à se changer de manière tout à fait naturelle. Apparemment, Meryl et elle ne se formalisaient absolument pas de cela, bien qu'il ait eu la décence de détourner le regard.

-"D'accord, mais qu'attends-tu de moi alors? Je vois que pour ta part, tu es bien décidée à aller défier ce lige que tu appelles Airin."

-"Si je ne suis pas revenue d'ici le coucher du soleil, pars et préviens les nôtres." Elle savait qu'il s'apprêtait à lui dire qu'en aucun cas il ne laisserait que quelque chose lui arrive, mais la jeune femme le devança et lui signifia qu'il devait en être ainsi et pas autrement, tout en lui fournissant des derniers détails.


***

Keiran était arrivée à la porte sud de la Tour plus vite qu'elle n'y avait songé. Ses cheveux n'étaient plus dénoués, elle les avait tressés de façon à ce qu'ils lui cernent la tête, cela évitait d'être gênée dans ses actions. Elle portait maintenant une tenue beaucoup plus adéquate et de couleur sombre. Ses chausses étaient enfoncée dans des bottes souples qui lui montaient jusqu'au mollet et à sa taille pendait son épée. Dans la chambre, la Saldaeane avait hésité si prendre sa hache ou non. Finalement, on pouvait voir celle-ci pendre sur son autre flanc. Keiran n'avait pas d'armure particulière autre que son haut en cuir bouilli qui lui protégeait le torse. Ainsi elle s'avança vers le gardes à qui elle expliqua pourquoi elle était là.
Airin
20/04/2011 20:33
Lié à Lhaër Sedai
multi

Alias de Owyn
Malgré le changement de tenue, Airin n'eut guère de mal à reconnaître la jeune femme quand il l'aperçut s'avançant vers les murailles, d'une démarche peut-être plus aisée à présent. Il haussa néanmoins un sourcil surpris en voyant la hache suspendue à sa ceinture. Une arme inhabituelle, et qu'il aurait jugé lourde pour une femme de cette stature... Enfin, il verrait bien. Elle venait d'arriver près des gardes et s'adressait à l'un d'eux. L'Atha'an miere s'écarta donc du mur, et la rejoignit en quelques pas, et posa une main sur l'épaule du soldat visiblement méfiant.

"Tout va bien, Alric, je l'attendais."

L'homme acquiesça d'un signe de tête, et s'écarta pour la laisser passer. Le lige lui dédia alors un de ses imperceptibles sourires.

"Vous avez fait vite. Suivez-moi je vous prie."

Il indiqua la direction du terrain d'entraînement, et les arcades qui longeaient les murs de la Tour, donnant sur les vastes jardins.

hrp : tu peux poursuivre ici si tu veux. ^^
Keiran
21/04/2011 00:13
Algai'an Shar

Remerciant les gardes et le Lige qui la laissaient entrer, Keiran plissa les yeux en souriant à l'intention d'Airin.

"Vous pensiez que j'allais me défiler? Nul besoin d'être coquette lorsqu'on fait vibrer la lame. Il faut juste être efficace. Je vous suis."

Alors que l'Atha'an miere l'accompagnait, elle essaya de détailler mentalement tout ce qui l'entourait, autant les gens que le lieu. Tout était bon à prendre.
Étant d'un naturel assez curieux, elle aurait aimé découvrir l'endroit en d'autres circonstances, mais il y avait plus urgent dans le cas présent.

Évidemment, elle ne pouvait s'empêcher de penser à comment se déroulerait leur entrainement. Étrangement, cela provoquait en elle une sorte de boule au ventre. Un vicieux mélange d'excitation et de malaise.


[hrp : D'accord, j'y fonce ]
Talbar
09/07/2011 00:35


"Par les fesses faisandées du dragon, Pourquoi faut-il que j'aboutisse dans un caniveau chaque fois que j’atteins une destination ! ..."

Se relevant péniblement du trou à fange dans lequel il avait dût passer la nuit, Talbar put constater qu'il ne portait pour vêtements que sa vieille cape rapiécée et une serviette crasseuse en guise de culotte.

Tient, c'est nouveau ça... enfin si on excepte cette fois à Tear où ... enfin bref faut qu'je bouge, les deux gardes là-bas me lancent des regards équivoques ...

Serrant sa cape contre lui, et avançant à grand pas, la fouine s'éloigna rapidement des regards indiscrets -et médusés- des passants; tout en essayant de remettre ses idées en places.

Bon ... essaie de te souvenir mon gars ... J'me suis fait interdire l’accès à la ville après avoir insulté un des gardes ... J'ai donc forcément du me diriger vers l'auberge la plus proche pour abreuver ma déception, et ce doit être sur place que j'ai "égaré" mes possesions.
Bien! c'est déjà un début, y a plus qu'a retrouver ledit abreuvoir!


En se dirigeant vers l'est, où un vague souvenir lui dictait de se rendre, il finit par apercevoir dans le lointain une taverne à moitié incendiée.

Aïe! ça sent mauvais ça... mais alors vraiment mauvais... J'ai le pré-sentiment qu'il va encore falloir la jouer fine pour éviter une catastrophe.
Mais bon, j'parviendrais jamais à entrer en ville vêtu comme je le suis, donc pas le choix.


Il avança donc d'un pas décidé vers ce qui semblait être un nid à ennuis...
Sordon
29/07/2011 16:14
Un mur? et alors, il est ou le problème? Hop par dessus

Une fois les grandes chaines du port passées, le rafiot sur le quel se trouvait Sordon prit la direction du quais des marchand. Sordon ne put réprimer un petit sourire. Même ici au cœur de la grande cité de l'ombre, les quais accueillaient les voyageurs avec la traditionnelle odeur de poisson pourrit, vieux vomi et autres joyeusetés. Après avoir grassement payé le capitaine pour son silence quand au "Seigneur" si généreux, il prit la direction des portes de la ville.
Il était peut-être un des meilleurs voleur du monde, il n'était pas fou. cette ville représente tous les concentrés de contrôles et sécurité sur la face du monde.
Quoique au détour d'une rue, il eut la surprise de constater que de gros travaux étaient entreprit pour réparer une importante partie de la muraille qui se trouvait étalée et incruster dans les ruelles et maisons avoisinantes.
Juste par curiosité, Sordon demanda à un garde en faction ce qui' s'était passé.
La réponse le stupéfia encore plus! une attaque des amis du créateurs. Ici au cœur du gouvernement de l'ombre! Le grand seigneur devait en fulminer de rage.

Après être sorti de la ville par le pont ouest, il flâna un moment au marché, trouva de petites merveilles, dont de supèrbes pointes de flèches du meilleur acier qu'il aie jamais vu et une cape digne d'un seigneur. Contre quelques unes de ces pièces jaune, il les acheta. Suite à quoi, il prit une chambre dans une auberge tout a fait bien famée, ou il passa le reste de sa journée à écouter les ragots du coin.
C'est ainsi, qu'il apprit qu'un camp de noir manteau avait été dévasté non loin d'ici il y neuf jours de cela. Il décida d'aller y jeter un coup d’œil pour voir ce qui pouvait être récupéré pour ses projets personnels.

Une fois la nuit tombée, il monta dans sa chambre, ferma la porte, ajouta ses propres verrous et sortit par la fenêtre dans la rue. Sa véritable journée commença alors. Il se rendit d'un pas discret mais non suspect dans un taudis dont il avait connaissance. arrivé sur place, il demanda une bière et à parler avec "l'ami". quelques instant plus tard, alors qu'il buvait la pisse d’âne qu'on lui avait servit, il fut introduit discrètement à l'arrière de l'édifice. un peu plus tard, délesté de quelques pièces d'or, il prit le chemin d'une auberge récemment incendiée. Il avait la ferme intention de trouver les responsables et de leur proposer un marché.
L'aube commençait à poindre à l'horizon.
Sordon était satisfait. il avait obtenu bien plus d'informations qu'il n'avait espérer. bien sur, tout à un prit, mais là! Il tenait un gros coup, il en était sur.
Talbar
01/08/2011 00:23


Il avait fallu que ça tourne mal...

Malgré toutes les précautions qu'il avait prises pour éviter les ennuis, le corps démembré du tavernier étendu devant lui témoignait de l'échec cuisant qu'un Talbar désormais vêtu avait rencontré dans son entreprise.

Pauvre bougre ... si seulement il m'avait rendu mes affaires sans ronchonner et n'avait pas menacé d’appeler la garde ...

La fouine jeta un rapide regard autour de lui. La chance avait au moins été de son côté pour une chose : Il ne semblait pas y avoir eu de témoin de la scène.

Et en prime y à rien à piller dans ce vieux taudis poisseux ! non mais quelle journées mes aïeux, quelle journée !
Bon, au moins j'suis plus à poil, ça reste un point positif ...

raaaahhhhh !!!! mais quel foutoir; ça va encore prendre la journée pour effacer toutes mes traces ! J'le savais bien qu'c'était une idée foireuse de revenir dans le coin.


Vérifiant rapidement que la pièce - une des dernières encore intacte du bâtiment - était correctement fermée, Il se mit rapidement au travail en commençant par cacher les restes du corps de l'ancien propriétaire -Il allait tout de même finir de brûler la bâtisse, mais mieux valait prendre toutes les précautions, juste au cas où ... -
Sordon
26/08/2011 17:16
Un mur? et alors, il est ou le problème? Hop par dessus

Arrivé sur place, Sordon put constater l'ampleur des dégâts subits par l'auberge. Cette dernière avait quasiment entièrement brulée. Forcément, une maison de bois et au toit de chaume, ça laissait rarement quelque chose à récupérer. Toutefois, vèrs ce qui devait être l'arrière des appartements privé du patron une petite pièce aux murs de pierre semblait encore tenir à peu près debout.

Après avoir fait un rapide tour du quartier et taillé une bavette aux habitant du coin, il fut en mesure d’établir ce récit de l'histoire.
Hier dans la soirée, un homme vêtu d'une cape de mauvaise qualité était arrivé à l'auberge, avait copieusement insulté les clients devant l'entrée, avait frapper un autre dans la salle principale avant de crier qu'il voulait à boire. (Connaissant l’habitude d'enfler qu'ont les rumeurs, Sordon réduisit à : Un homme de mauvaise humeur avait parler grossièrement aux gents devant l'auberge, bousculer un autre dans la salle et commander rudement une bière.)

Suite à cela, après plusieurs verres, l'homme avait été prit dans une bagarre généralisée qui s'était soldée par l'incendie du bâtiment. 90% des gents, dont le patrons avaient alors périt en tentant de sauver le bois des flamme
Puis mystérieusement, à l'aube, les restes avait soudainement reprit, finissant de détruire la maison. Les gardes avaient conclu que des foyer de braises couvait et avait été attisée par la brise du matin. Mais plusieurs personnes était septique. trop de bois avait déjà brulé pour que l'incendie reprenne comme il l’avait fait.
Conclusion, quelqu'un avait finit d’effacer les éventuelles traces d'une quelconque activité suspecte.

Suite à cela, il alla se rafraichir à son auberge, revêtit ses somptueux vêtement fraichement achetés. Il releva le col de sa cape et agrafa une petite broche d'argent représentant un aigle aux yeux de saphirs.
Son emblème personnelle, fruit d'une de ses première rapine en indépendant. La famille d'Arafel à la quelle il l'avait dérobée, morte peu de temps auparavant d'une maladie foudroyante n'en avait plus l'usage. Et avant que la garde municipale saisisse les biens, il avait réussit à sortir une petit fortune de la maison.
Depuis, il arborait fièrement lors des rares occasion ou il se faisait passer pour une personne respectable le petit joyau.

Une fois vêtu comme un petit duc de la campagne, il se rendit aux près des gardes qui empêchait les curieux d’approcher des décombres.

- Hola! Gardes! Renseigner-moi! Que s'est-il passé ici?
Ainsi apostropher un des garde demanda sans douceur qui il était et ce qu'il faisait à trainer dans le coins.
Écoute mon bonhomme, tu est peut être payé pour intimider les passants, mais avec moi cela ne passe pas! Je peut être disposé à oublier votre ton si vous vous exécutez à l'instant. Mais osez encore une fois ne serais-ce qu'élever le ton et je jure que je vous ferai regretter votre audace!

[d10] => intimidation réussie

Face au ton de ce riche inconnu le garde répondit :

- Veuillez me pardonner mon seigneur, je vous avait prit pour un de fieffé gredin qui infesté la région. Pas que vous en ayez l'air, non ,non. mais on est jamais trop prudent!

Devant l'air déconfit du garde, Sordon prit un ton plus aimable et demanda au garde de lui montré les dégâts et de résumés ce qu'il savait.
Il n’apprit pas beaucoup plus de chose qu'il n'en savait déjà, toutefois, lors de l'inspection de la pièce en maçonnerie, il remarqua d’étrange traces et une étonnante concentration de corps pour une si petite pièce. Il s'en ouvrit au garde.
celui-ci approuva et dit qu'il avait également remarqué ce fait et conclu que la famille du propriétaire devait avoir voulu se protéger des flamme dans la pièce.
Une fois ressorti le garde lui encore une chose intéressante. l'homme présumé responsable des événements de la soirée se serait présenté aux portes de la ville et vu refouler à cause de ses mauvaises manière. Quoique ne prouvait la culpabilité de l'homme hormis sa présence sur les lieux. Il obtint ainsi la description de l'homme.
Remerciant le garde comme il convenait de la part d'un homme de haut rang, il prit congé des gardes et remit une piécette d'argent pour les bon service du dénommé Gaël, homme d'arme dévoué à sa tache avec l'ordre renouvelé d'écarter les passant pour leur propre sécurité. Et également celui de finir de brûler les corps afin de garder la salubrité des lieu.

Il s'en fut alors par la route principale sous le regard éberluée d'un garde favorisé par la chance. Bon sang!, une pièce en argent!

une fois hors de vue, Sordon remit ses habits ordinaire et entreprit de suivre la piste qu'il avait repérer dans les décombres elle le menât tout droit à un caniveau où, visiblement, un homme avait cuvé son vin. Il parti en quête de témoignage sur l'identité de la personne.
Keiran
28/08/2011 21:49
Algai'an Shar

Meryl avait poussé un long soupir de soulagement lorsqu’il l’avait vue rentrer. Il en était venu à s’imaginer les pires scénarios, mais par la Lumière, Keiran lui était revenue saine et sauve. Certes avec quelques contusions et un goût amer de défaite sur la langue, mais toujours entière au moins.

La jeune femme lui relata avec précision tout ce qui s’était passé durant ce petit entrainement particulier à la Tour. Keiran avait bien pensé d’omettre quelques détails au sujet de sa grande incompétence ce soir-là, mais finalement, elle n’en fit rien et se contenta d’émettre la vérité telle qu’elle l’était. Meryl ne la jugeait pas de toute façon. Loin de là.

Ils discutèrent longuement, en essayant de se mettre d’accord sur la marche à suivre à partir de cet instant. Puis, l’homme la gratifia d’une petite tape d’encouragement.


-" Allons nous changer les idées, dans la salle commune. Un petit verre ne te fera pas de mal. », dit-il. « De plus, nous en apprendrons peut-être un peu plus, il y a tellement de rumeurs qui circulent… »

Keiran n’était pas certaine que son humeur s’arrangerait, mais avec un peu de chance, ce goût atroce qu’elle avait en bouche, disparaitrait.
Jace
29/09/2011 10:10
Que l'esclave devienne Prince

Accoudé au bastingage, les yeux fermés, le jeune homme huma l'air, en aspirant un maximum dans ses poumons. Cette rivière ne puait pas particulièrement, mais les odeurs qui lui venaient du port de Tar Valon n'étaient pas celles des fleurs délicatement aspergés par la rosée. Loin de là...
Remontant sa cape sur ses épaules, et rabaissant encore un peu plus son capuchon, il se dirigea vers sa cabine pour rassembler ses maigres possessions. Peu d'argents, deux ou trois dagues, quelques bijoux, des livres et des cartes. Il espérait que cela lui suffirait pour entrer à la tour et attiser la curiosité d'éventuels interlocuteurs et informateurs.
Dès qu'il le pût, il quitta le navire, son baluchon sur l'épaule. Il avisa une auberge non loin de là, et se mit en marche.

La ville et le port grouillaient d'activer, marchands, matelots et individus plus ou moins louches se côtoyaient dans un joyeux brouahahah. Franchissant la porte de l'auberge, il resta planté sur le pas de la porte quelques secondes. Sous sa capuche, son visage n'était pas distinguable, et ses tatouages encore moins... Il regretta d'avoir gardé cette cape si voyante, avec ses runes et demi-lunes si voyantes, mais il n'avait pu se résoudre à la laisser.

S'affalant sur un banc collé à un mur, il interpella une servante de la main.


- De l'eau chaude, du pain et des œufs, si vous en avez... Et j'espère pour vous que c'est le cas.

Jetant quelques pièces sur la table, surement plusieurs fois le prix de ce qu'il demandait, il parcouru du regard la salle. Il cherchait à attirer l'attention, cela avait à priori marché. Que leur curiosité les tiraille, ils n'en seraient que plus facile à éperonner.
Talbar
03/10/2011 00:03


Il avait un plan.

après s'être cassé la tête pendant plusieurs heures sur une souche, à quelques bornes du caniveau qui l'avait hébergé pendant la nuit, il était parvenu à élaborer une stratégie efficace, et particulièrement sadique il faut bien l'avouer, pour pénétrer dans la ville.

ça allait sans doute être l'un des crimes les plus audacieux et les plus nauséabonds qu'il ai jamais commis. En réalité, il avait même eu du mal à accepter le fait que c'était lui qui avait mis au point "ça"

J'suis pas aussi détraqué que ça ... j'ai forcément dût entendre l'histoire de quelqu'un qui avait utilisé la même méthode une fois ... ouais c'est forcément ça ... et y devait être cannibale en plus ... enfant de sa*** , me mettre des idées comme ça en tête... enfin bon, au moins ça va m'être utile aujourd'hui

Il agirait de nuit et ciblerait une petite patrouille de garde. l’après midi ne serait pas de trop pour préparer tout ce dont il aurait besoin.

Bon, je connais déjà les itinéraires des patrouilles ... va me falloir un pieu, un couteau à écorcher, du maquillage,et creuser un trou ... ce qui risque de ne pas être des plus aisés vu ma condition actuelle

Quelques heures plus tard, après avoir taillé un pieu et l'avoir attaché à son bras manquant, creusé un trou, volé son maquillage à une noble de passage et "trouvé" un couteau relativement valable; il s'envoya une lampée de la bibine récupérée à l'auberge et attendit que le voile protecteur de la nuit tombe sur la cité pour se mettre en route...

Du sang allait couler cette nuit, et, malgré la peur de l’échec qui le prenait au ventre, il ressentait une vieille excitation de bandit refaire surface: la chasse avait commencé....
Sordon
= 4
14/10/2011 22:35
DS (Admin)
15/10/2011 13:22
La Pierre n'est pas une démocratie !

Alias de DragonSlayer
(de la part de Sordon)

Après un rapide tour d'horizon, Sordon arriva à la conclusion, que le rustre de l'auberge pouvait bien être l'ivrogne qui avait cuvé sa bière dans le bas-côté de la rue. Homme qui était reparti dévêtu peu avant l'aube dans la direction approximative de l'auberge incendiée. Et un voisin accepta en échange d'un peu d'argent accepta de résumé les événements inhabituels de la journée.
C'est ainsi qu'il apprit que deux heures environs après la reprise de l'incendie, un homme visiblement agité, borgne, manchot et vêtu modestement était resté près de la "vieille souche" deux heures environs, menant un bal frénétique. Se levant, tournant en rond, se rasseyant, le tout avec un air concentré rendu inquiétant par l'orbite creux, qui ressemblait bien trop à la face blême d'un Myrdraal.

[hrp] Désolé pour mon manque de pertinence quant à l'aspect de Talbar dans mes posts précédents. Je n'avais pas lu correctement le bg. Partez donc du principe que Sordon sait que "le rustre" était en outre un estropié… [/hrp]

Après avoir remercié l'homme, Sordon alla inspecter les alentours de la souche, ce qui ne lui apprit rien de bien particulier de plus.
Toutefois, il était désormais sur que l'estropié de l'auberge avait quelque chose à voir avec l'incendie. Il partit donc à la recherche du manchot, qui ne devait pas passer inaperçu dans la foule.
Ce dernier avait été aperçut aux abords d'une menuiserie avec un pieu fraichement taillé fixé à son bras.
Un paysan l'avait également vu en train de s'échiner à creuser un trou. Sordon passa à proximité du trou, fouilla les environs, mais ne vit pas son homme.
Ne pouvant pas faire grand choses de plus, il rentra à l'auberge par la porte de service, changea ses habits, fixa sa broche bien en évidence et descendit écouter le barde de passage.
Une heure plus tard, après avoir bu, mangé et parler ragot avec une dame éplorée par la perte de son maquillage, Il acheta à l'aubergiste du papier et de l'encre. Bien qu'il ne sache pas écrire, Sordon griffonna un schéma représentant le un endroit calme aux abords de la forêt et une position solaire représentant le crépuscule. Ceci fait, il sortit à nouveau modestement vêtu et dissimula le message à l'intérieur du trou, de sorte que seule une personne descendant dedans puisse le voir.
Puis, il alla au lieu de rendez-vous après avoir récupéré toutes ses affaires à l'auberge et s'installa derrière un buisson en attendant le mystérieux manchot. Tout en espérant que son message serait trouvé et comprit.
Sordon
03/05/2012 23:21
Un mur? et alors, il est ou le problème? Hop par dessus

La suite se passe dans ce sujet : Aubèrge de la belette Bondissante. à Tar Vallon
Aller en haut de page
<< Page précédente
Tous les posts