Rêve d'un soir .....
(Sujet créé par Elbinoe l 30/12/03 à 12:43)
non favori





Aller en bas de page
<< Page précédente
Tous les posts
sylesis
05/12/2008 09:10
2 bras 2 jambes 2 roues

Encore un rêve pas banal...

J'étais revenu à la fac, un mardi matin : j'attendais dehors près de la porte du bâtiment quand mes parents arrivent en voiture et me demandent comment ca va, ce que j'ai mangé hier. Je répond que j'étais allé à la cafeteria et mon père me dit que ce n'est pas acceptable vu mon standing et qu'il enverra le majordome me porter des repas à la salle de cours dés aujourd'hui : je m'énerve et lui répond que s'il faisait ca, il ne serait même plus capable de manger de la purée...
Je regarde ma monter : 8h56, temps de rentrer pour deux heures d'algo. C'est à ce moment là que je me rend compte que ce que j'ai au dos n'est pas un sac à dos contenant mes cours mais le sac de vêtements que je prépare chaque weekend pour la semaine : je tente de faire un sprint jusque ma chambre ( qui par chance est à peine à 200m ) mais je ne reconnais plus les lieux et me perd. On est à présent la nuit et je suis en courant une mystérieuse demoiselle qui elle semble reconnaitre les lieux et pouvoir retrouver la résidence.
J'ouvre les yeux et regarde ma montre, il est environ 13h00. Je regarde autour de moi et trouve la sacoche que j'utilise pour mes cours, de même l'intérieur est beaucoup plus familier : j'en déduis donc que je viens de m'assoupir et de rêver.
Je retourne en classe et après m'être assis, un représentant des étudiants réserve une place à coté de moi, forçant mon habituelle voisine à partir non sans avoir enté de négocier. On discute de choses importantes me concernant et il m'informe alors que mes deux grand-pères sont ici ensemble et me cherche. Je me rend dans le hall, les voit mais eux ne me voient pas. Je m'approche alors en souriant et leur demande s'ils désirent une visite de l'université.

C'est alors que j'entends la radio et me réveille, pour de bon.
Mélisande
28/12/2008 11:22
Modératrice
Aes Sedai épluche-légume

Drôle de rêve cette nuit...

J'ai rêvé que j'allais chez une amie du côté de Roquefort pour aller faire de la spéléologie. Me voici donc équipée de manière très moderne avec une lampe torche et une corde minuscule à me faufiler dans des passages minuscules et j'arrive dans une grotte magnifique, avec un plafond en cristal et une 'cathédrale' d'arbres, faisant penser à la Lothlorien. Caractéristique étrange: ces arbres avaient réussi à pousser dans une grotte sans racines -leurs troncs se finissaient par une excroissance ressemblant à un champignon.
Ebahie par ma découverte je rentre chez mon amie pour lui raconter ça et au bout de dix minutes de conversations je me rends compte que cette amie, c'est Noemy. Et que celle-ci a les cheveux rose vif.
Galain
15/01/2009 11:06


Deux rêves aujourd'hui :

Le premier je suis dans une espèce de grande salle type galerie des glaces avec une très longues tables courant sur toute la longueur de la pièce et plein d'invité à tabler. A l'entrée de la salle, située à peu près au milieu, une cohue sans nom règne ; les invités entrent, sortent, se parlent, et je suis là un peu perdu au milieu de tout ça. Puis une danse commence, ils se mettent en ligne (ceux qui ne sont pas déjà à table) et commencent une danse compliqué. Je perd de vue celle avec qui j'étais et je me retrouve à l'autre bout de la pièce. Je commence à m'inquiéter quand je la retrouve en entendant une musique de Frédéric François...

Le deuxième rêve est beaucoup plus déjanté. J'aime .
Je suis dans un énorme palais, enfin je suppose vu l'architecture intérieur. D'énorme pièce avec du beau parquet, du marbre, des dorures. Les couloirs sont immense en largeur et en hauteur et de chaque coté de portes faisant 4 fois ma taille des colonnes de marbres rouges.
Je suis dans un salle assez grande. Quelqu'un joue du piano sur du piano à queue et je l'écoute. Une fille entre et me demande ce que je sais jouer
"Tu sais jouer du Freud"
"Euuuh"
"..."
"Je sais jouer du Bach : tu sais "to di to di to di di"
"..."
Après cette échange aussi infructueux qu'à haute porté philosophique on commence à parler, assis de chaque coté d'une table basse, le joueur de piano ne s'arrêtant pas. Quant à un moment cette conne essaye de m'embrasser. Je la repousse et part dans les étages. Je trouve une salle avec un faste encore plus frappant que l'autre et où un air de piano encore plus beau resonne. Je m'en vais, je ne sais plus pour quelle raisons mais en déclarant "Je la veux pour chambre !".
Me voilà donc, errant dans le palais, à la recherche de la première salle perdue. Je monte. Descend des escaliers d'une beauté et d'une taille incroyable. Quant je me rends compte que l'on peut faire du toboggan dessus. Me voilà donc, fonçant entre les passants (des escaliers ou des couloirs), glissant sur mon divin postérieur à une vitesse folle. Mais un moment j'arrive dans ce qui semble être le périphérique du palais ; je m'engage alors à toute allure dans une circulation trop dense et bientôt je suis repérer par une bande de policier en manque d'arrestation (et plus particulièrement d'arrestation d'homme roulant à cette vitesse sur son arrière train). Après avoir déglingué quelque véhicules dans la course poursuite ; je suis arrêté.
Je me réveille.
sylesis
03/02/2009 10:35
2 bras 2 jambes 2 roues

Cette nuit j'ai fait le genre de rêve que j'adore, qui me repose. Je trouvais à la plage, portant un maque de plongé ( le style avec tuba), avec une amie ( pas plus). On discute bronzage alors qu'on arrive au bord de l'eau : un type avec un bronzage bizarre ( des rayures zigzagantes) se vexe et m'insulte, je plonge pour ne pas m'énerver avec lui. Nous nageons un moment quand je réalise que nous ne sommes pas remonté à la surface depuis que nous avons quitté la plage et qu'en fait, aucun de nous deux n'a de tuba. Pas plus préoccupé, nous continuons noter ballade, évoluant librement dans la mer.
A un moment donné, je remarque un poisson intrigué ( petit, jaune sur le dessus, argenté en dessous)par les gants de cyclistes que je portais. Je le montre à mon amie et le poisson comment à mordiller les fils qui dépassent. Je le repousse gentillement, mais il retroune aux fils. Pendant qu'il continue, de mordiller, nous le caressons tous les deux sans que ca ne le dérange. Finalement j'arrache les fils et les accroche à un rocher quelques mètres plus bas, et nous continuons notre promenade.

J'adore ce style de rêve, où je suis dans l'eau mais sans besoin de respirer, libre d'évoluer comme je veux.
Skoll
23/03/2009 15:13
Le bonheur est un mythe inventé par le diable pour vous désespérer.

Reve etrange cette nuit mon coloc qui me fait la discution e qui au fil du temps et de mots se transforme en sable et qui par la suite devient un petit tas impossible à balayer.
Déménagement sous peu. promis.
sylesis
11/05/2010 10:00
2 bras 2 jambes 2 roues

Je remonte car cette nuit n'a pas été banale : j'ai rêvé de la roue du temps que ca fait un long moment que je n'ai pas ouvert un de ces livres.

Dans la première partie j'étais acteur direct : un villageois avec un arc luttant contre des trollocs pour protéger le village. Avec les autres nous avions eu vent d'une attaque qui se préparait : nous avons entouré le village de rondins avec une sorte de chemin de ronde. Lors de l'attaque tout le monde était au sommet des palissades prêts à se défendre à l'arc, en attendant l'aide imminente du seigneur Rand. Nous étions en groupe compact, sur plusieurs rangs, moi à l'arrière de par ma taille. L'attaque commence et les trollocs nous tirent dessus à l'arc : nous en abattons un certains nombre mais autour de moi les gens tombent, notamment pas mal d'enfants et la panique nous gagne. C'est alors que nous allons nous replier à l'intérieur que Perrin et sa cavalerie foncent sur les trollocs restant et les déciment.

Dans la deuxième partie, j'étais juste spectateur : je voyais Rand se réveiller après s'être fait enlevé ( encore une fois...) par une Aes Sedai qui était en fait la conseillère de Berelain. Celle ci voulait en fait implorer l'aide du Seigneur Dragon et ne voyait pas d'autres moyen de lui forcer la main. Curieusement Rand ne lui en a pas voulu, et a discuté avec elle du type d'aide dont elle avait besoin. Après leur conversation par contre il a eu une petite discussion avec cette conseillère, qui mis plusieurs jours à ce remettre de l'entretien.
Owyn
02/10/2010 11:05
Fantôme gaidin
Admin

Cette nuit j'ai rêvé que j'étais un serbe barbu échappé d'un bateau pirate, qui rejoignait à la nage la côte new-yorkaise. J'arrivais juste au moment où les twin tower s'effondraient, tout brûlé, et du coup comme j'étais serbe on m'accusait d'avoir diffusé un micro film sur les parois des tours pour faire croire à leur effondrement... par chance, l'assistante du sergent arrivait et déclarait que c'était n'importe quoi et que j'étais juste un pauvre type et qu'il fallait me laisser tranquille.

... C'est grave vous croyez ?
sylesis
26/02/2011 00:42
2 bras 2 jambes 2 roues

Deux nuits de suite où je rêve de zombies : vais peut être arréter Hordes, moi.
Premier rêve :
je suis dans la maison mais je n'y habite pas : mon père est là sauf que nous n'avons aucun lien et qu'il s'agit en fait d'un membre du groupe de défense anti-zombies. Dehors les rues sont silencieuses, le soleil est de plombs : à cause de la canicule ( depuis un an sans changement) et des groupes de zombies qui attaquent régulièrement, le rationnement est extrême et tout le monde se protège : les rations sont 1/8 de pomme et 10 cl d'eau par personne et par jour.
Dehors à la maison d'en face, deux enfants font le guet. On me conseille de m'adresser à cette maison car je suis un nouvel arrivant : c'est la maison du chef du quartier. Les enfant en me voyant arriver tapent à la porte selon un code donné pour montrer que ce n'est pas un danger. J'entre et demande plus d'informations sur la menace.

Deuxième rêve
Je suis dans un très grand entrepôt avec 3 autres personnes en tenues brunes, beiges style militaire : une chinoise avec un bâton, un européen avec des poings américains cloutés, et une jeune femme rousse, sans armes. Pour ma part, j'ai un vieux révolver et une vingtaine de balles. Nous essayons de sortir de l'entrepôt tandis que des zombies arrivent. Nous progressons et en éliminons un certain nombre, mais avec les deux autres combattants nous sommes contaminé à notre tour par la maladie qui provoque les zombies. Nous restons conscient ( la maladie met 2 heures avant de provoquer ses effets sur le corps et l'esprit) mais nous savons que la rousse qui est avec nous n'en réchappera pas si on continue. Comme elle est pure ( pas seulement vierge de la maladie : c'est une véritable sainte), je décide de lui épargner la zombification, avec son accord. Alors qu'elle est à terre, je lui plante à deux reprise une tige de bois dans le coeur, en lui disant "On se retrouvera au paradis dans pas longtemps, ou tu me verras au purgatoire depuis là haut sinon".
La tuer est le geste le plus difficile que j'ai jamais fait ( perte de l'innocence ?) mais c'est pour son salut et elle le sait.
Alors qu'elle gît à terre, un léger sourire aux lèvres, nous restons immobiles quelques minutes avant de reprendre nos armes et de repartir nous battre : quitte à être condamné, autant en tuer le plus possible avant de succomber.
sylesis
02/07/2011 20:58
2 bras 2 jambes 2 roues

Deux rêves de cyclismes, que j'ai trouvé intéressants.

Premier rêve.
Je me trouve à la maison de mes parents mais eux ne sont pas là. La nuit tombe et je sens qu'il est important que je les retrouve alors je prépare mon vélo et un sac à dos avec sac de couchage, vêtement et nourriture : je sais qu'ils se trouve à 90km au nord, au dessus de Lille. Une fille essaie de me dissuader en me volant quelque chose. Je m'énerve et la police arrive. J'explique la situation et arrive finalement à enfourcher ma monture noir ( Triban Trail 7 noir ) alors que la nuit est tombée. Alors que la fille me dit quelque chose, je répond "Je mettrais deux jours ou plus, mais il faut que j'y aille en personne, c'est important". Juste à ce moment, la voiture des parents arrive et mon périple est avorté.

Deuxième rêve.
Un message circule à la radio au sujet d'un virus Le message indique que si des membres de la maison sont manquant, c'est qu'ils ont été victime du virus et qu'il faut fuir vers un endroit ( assez loin pour moi). En descendant au rez de chaussé, je me rend compte que la maison est vide, à cause du virus. Je prend alors mon vélo avec un sac et un manteau épais et pars sur la route.
Les routes que je croise sont ruinées comme après le passage d'une armée ( traces de chenilles dans la boue durcie), les villes et villages que je traverse sont pour ainsi dire vides. Le ciel est d'un gris uniforme, comme le sol ou la boue séchée a remplacé le goudron et le macadam.
Alors que j'avance lentement sur ce qui était une route nationale, un groupe quatre zombie me voit et me court après. J'essaie d'accélérer mais les ornières rendent le cyclisme difficile. Je parviens toutefois à les distancer et à continuer sain et sauf vers ma destination.

___________

Je ne sais pas trop quoi penser des ces rêves. Peut être que dans mon inconscient, mon vtt est véritablement devenu un symbole de liberté, un moyen de m'échapper? Ca ne me surprendrait pas : après tout, il n'y a que quand je suis dessus que je ne me sens plus handicapé, inférieur aux autres physiquement.
sylesis
26/09/2011 14:21
2 bras 2 jambes 2 roues

J'ai l'impression d'être le seul à utiliser ce sujet...
Un rêve cette nuit que j'ai trouvé intéressant, peut être sera t'il à l'origine d'une histoire... Toujours est il que j'ai besoin d'en garder une trace.

Je n'étais pas le héros mais je voyais une femme. Proche de la trentaine, un visage et un corps agréable mais sans plus, c'est surtout par son port et sa personnalité que je me souviens d'elle : elle était calme, l'allure aristocratique mais pas orgueilleuse, et intelligente.
La première fois que je l'ai vu dans le rêve, elle était vêtue d'une robe avec de gros jupons, et regardait autour d'elle. En contrebas se trouvait un bassin d'eau verte claire, l'accès à des grottes aquatiques dont les tunnels étaient assez larges. Au dessus d'elle, on pouvait voir les parois d'une caverne, que formaient les reste d'immeubles. La caverne faisait environ 20 mètres de diamètres, l'entrée n'était pas visible de là où je regardais. La lumière provenait du bassin, elle était juste assez importante pour le confort des yeux : entre la lumière d'une torche et cette d'une ampoule 50 watts. Le fait que la lumière venait de l'eau verte renforce le caractère peu encourageant de l'eau.

La dame se trouvait là pour une raison, mais pas par choix. Lieu d'exil suite à une disgrâce, ce que son port semblait indiquer, ou était elle à la recherche de quelque chose ? Je ne sais pas, les deux hypothèses semblant aussi valides l'une que l'autre : elle semblait vivre là mais ne pas apprécier sa présence ( au début du rêve, elle n'était là que depuis une, voir deux semaines), mais aussi elle plongeait régulièrement dans l'eau, parcourant les cavernes aquatiques.
Elle avait aménagé avec une partie des décombres une habitation, bien que la caverne la protège déjà du froid, de la pluie et de la lumière extérieure. J'ignore comment elle se nourrissait.

Un peu plus tard dans le rêve, quelque chose s'est produit à l'extérieur, un bouleversement qui a affecté l'univers de la caverne et des tunnels. L'eau est devenue plus trouble, un peu plus sombre. Certains tunnels sinueux se sont effondrés et ont révélé dans une poche assez large (10 mètres de diamètre environ) une construction moitié statue, moitié machine. Le niveau de l'eau a monté et la partie émergée de la caverne s'est fortement réduite.
La femme a changé également, ses beaux habits ne sont plus qu'un souvenir (peu pratiques dans les lieux) et elle passe la majorité de son temps dans l'eau, à fouiller ou se déplacer. Son apparence a été altérée : ses traits, sa silhouette et ses cheveux n'ont pas changé mais sa peau est devenue d'un vert dégradé avant de la couleur de la mer à un plus sombre, avec de ci de là quelques tâches. Elle a également une queue amphibienne d'environ 75 cm et un peu plus fine que ses jambes, qui l'aide à nager (elle ne fait pour ainsi dire que ca ne retourne que rarement à la surface). La peau et le membre supplémentaire mis à part, elle est toujours parfaitement humaine.

Lorsqu'elle constate les changements, elle n'en fait pas grand cas et pense "je suis ici chez moi après tout" . Cela voudrait dire qu'elle considère normale que son apparence s'adapte à son nouveau milieu, ce qui montre un changement dans ses sentiments. D'exilée/en mission malgré elle en terre peu accueillante, elle a fait du lieu son nouvel univers et a rejeté le monde extérieur. De l'aperçu que l'on a du monde autours ( la caverne est constituée des décombres de plusieurs immeuble, ce qui laisse supposer des changements radicaux -guerre, séismes... - ayant affecté des grands centre urbains), je pense que le personnage n'est pas dans une situation si malheureuse, en fin de compte.
SayaSedai
27/01/2014 23:37


J'avoue que j'ai des rêves bizarres mais quand je lis ce que je lis, je suis un peu rassurée. ^^

Une nuit, j'ai rêvé que j'étais sur un bateau - un paquebot - qui ressemblait étrangement à Titanic. Je me suis dit: "Il est où l'iceberg? Que je me sauve avant..." Mais rien n'arrivait... Et d'un coup je suis mise à courir sans trop savoir comment... Je jette un coup d'oeil par dessus mon épaule pour voir que je me faisais attaquer par des sushi mutants! Oo

Je n'ai rien fumé, rien bu! J'étais à l'internat quand j'ai fait ce rêve. M'en rappelle car je l'ai raconté à mes colloc de chambre dès le lendemain. ^^'
sylesis
05/02/2014 17:02
2 bras 2 jambes 2 roues

Trois jours de grippe et cette nuit un rêve fiévreux en deux parties :

_ dans la première, j'étais dans la salle d'une auberge avec une dizaine de combattants de différentes factions. Mat était là avec le cor de Valère et nous attendions le moment pour lui d'en sonner car à ce moment là, les anciennes allégeances seraient rompus, de nouvelles serait forgées. Malgré la diversité des gens, l'ambiance était agréable, chacun se disant que les anciennes rivalités seraient peut être de nouvelles amitiés.
A un moment, un soldat se tourne vers moi et me demande "Hé bien ? Rien de spirituel à déclarer cette fois ?" , auquel je répond "Hélas je cherche le bon mot, la joli phrase mais elle ne vient pas et ma foi, je reste coi. Peut être une autre fois."

_ la deuxième se situe dans un chantier d'excavation ou des fouilles sont faite. Plusieurs Aes Sedai sont là pour superviser et aider, mais aussi quelques blanc-manteau. L'une des soeurs, une verte il me semble, dit que sans l'aide des blanc-manteau, elles n'auraient peut être jamais survécues et que c'était grâce à Galdrenn. Je me rend alors compte que les deux groupes sont alliés, véritablement d'égal à égal.
sylesis
02/05/2014 20:45
2 bras 2 jambes 2 roues

Encore un assez étrange, dont je vous fais part :
J'étais dans un défilé rocheux où se trouvait quelques arbres et un peu de verdure, avec deux autres personnes. En regardant autour de moi, je me dis : "il n'y a plus rien ici, plus personne : il est temps de partir à jamais". Mais partir signifiait partir d'un endroit familier pour s'en aller dans une autre dimension, un autre plan d'existence, sans retour possible dans celui ci qui était à présent dépeuplé de toute vie. Ca me fait penser à ce que pourraient être les derniers instants avant une réincarnation, en laissant derrière tout un univers, un pan de ce que l'on a été.
Green sedai
02/05/2014 21:40
Team encyclo

ou démarrer une nouvelle vie
Pin'shae
03/05/2014 15:13

Aielle ayant soumis un Champion.

Green sedai a dit :
ou démarrer une nouvelle vie
Pareil, je le trouve assez positif comme rêve Ça me fait penser à un rêve que j'ai raconté ici il y a quelques années.
Edit : Ah le truc pour mettre l'adresse d'un post en lien ne marche pas... Bon c'était le 27 août 2006...Une tornade détruisait tout ce que je connaissais sur son passage, mais en même temps m'invitait à tout reconstruire "from scratch"...
D'ailleurs c'est drôle, rétrospectivement car c'est exactement ce que j'ai fait les mois qui ont suivi
Caldazar
11/07/2014 17:02
Le Blob attaque !

Le saviez-vous ?
Les Gaulois de l'armée d'Hannibal Barca, le Carthaginois qui voulu partir en vacances à Rome étaient des Punks de la pire espèce : ils chantaient On a faim des Béru sur l'air de "Oh Ursule".

Ce qui explique sans doute leur défaite sur l'aire d'autoroute de Cannae...
sylesis
20/07/2014 08:58
2 bras 2 jambes 2 roues

Attention aux effets de la cervoise .
sylesis
09/01/2020 20:50
2 bras 2 jambes 2 roues

Je ne sais pas si quelqu'un lit encore beaucoup cette section, mais j'ai fait un rêve concernant la Roue du Temps si intéressant que j'ai essayé de m'en rappelé du mieux possible à mon réveil. Ce rêve m'a d'autant plus surpris que je n'ai pas relu Robert Jordan( puisse-t'il toujours trouver de l'eau et de l'ombre) depuis longtemps. Ni touché la plume depuis des âges incertains.

_____

Le décors était un désert tempéré, un genre de plage de sable à perte de vue. Dans le sable se trouvaient tels des de touts petits galets, des angréals de différentes couleurs.
Autre bizarrerie : toutes les armées de la Tarmon Gaidon étaient là sauf qu'il n'avait aucun combat. Plus même : tous se côtoyaient pacifiquement car leurs chefs étaient dans le Tel'Aran Rhiod à discuter d'un plan commun. A savoir : tuer le Ténébreux. Je suppose que même les trollocs peuvent se lasser de la viande humaine, et que les myrddraals peuvent vouloir des câlins.
Les discussions étaient pessimistes car de l'avis général, la tâche semblait impossible. Rand a souhaité faire part d'une idée et Egwene ( qui n'était pas une tête à claque imbue de sa personne), a enjoint les autres participants à l'écouter de par son expérience avec le Pouvoir Unique. Tous se turent pour l'écouter, y compris le chef des Enfants de la Lumière.

Rand a fait appel à un homme et une femme pour expliquer son idée : ni Aes Sedai ni Asha'man, juste deux paysans capables de canaliser sans danger pour eux ni autrui. Se tenant simplement la main comme des amoureux, chacun a commencé à canaliser saidin et saidar, mêlant les flux de manières visuelles jusqu'à ce que la femme soit à l'origine du flux de saidin et l'homme de celui de saidar, et qu'enfin les deux flux soient identiques, mais d'un autre type. Ni One Power ni True Power, mais quelque chose d'autre encore.

Tous les participants se sont exclamés de plaisir devant cette perspective révolutionnaire qui leur ouvrait enfin une voie vers la paix. C'est alors qu'une menace s'est faite ressentir par tous, avant finalement qu'une voix ne tonne jusqu'aux confins du royaume des rêves, et tous ne comprennent une chose : le Ténébreux n'était que l'autre face du Créateur, et c'était lui qu'il fallait vaincre pour libérer la Roue du Temps.
Owyn
19/01/2020 18:37
Fantôme gaidin
Admin

Y'a pas à dire, ça aurait claqué comme final de la Roue du Temps, et ça n'aurait pas manqué d'originalité ! Pourquoi une grosse guerre quand on peut s'asseoir et discuter ?

Merci pour ce partage, Sylesis.
Ean Quislen Fenstoill
19/01/2020 21:00
Passager clandestin

Alias de Mání
Au final, sur le fond, c'est pas si différent... Mais c'est beau comme rêve !!
Aller en haut de page
<< Page précédente
Tous les posts