Une interview des créateurs du fanfilm Flight from Shadow
non favori

Il y a quelques semaines, nous avons pu découvrir un court-métrage inspiré du premier tome de la Roue du Temps, nommé Flight from Shadow et réalisé par Wheel of 9 productions. L'équipe du site anglophone dragonmount a réalisé une interview des créateurs du film. (En anglais et français)

L'interview est disponible ici en anglais. Elle soulève des questions comme le choix de cette scène du livre en particulier, certains choix graphiques et changements par rapport à l'intrigue originale, et aussi les conditions du tournage.

Traduction (rapide) :

DM : Pourquoi avez-vous décidé de réaliser un fanfilm de la Roue du Temps ?

Wo9 : Nous voulions réaliser un film pour promouvoir le talent de l'Utah, en particulier le talent de nos artisans. La science-fiction et la fantasy représentent un challenge, car il faut tout conceptualiser. Nous nous sommes décidés pour la fantasy, parce qu'à ce moment-là, le Hobbit allait bientôt sortir au cinéma et il y avait un grand intérêt pour le genre. Quand nous avons commencé à réfléchir au matériau que nous pourrions adapter en film, nous nous sommes penchés sur les plus grands auteurs du genre. Et comme Narnia, le Hobbit et le Seigneur des Anneaux disposaient déjà d'adaptations, nous avons décidé de nous lancer dans un projet inspiré de la Roue du Temps, aussi car il y a beaucoup de fans de Robert Jordan et de son œuvre dans notre communauté. De plus, l'absence d'adaptation nous donnait la liberté de creuser le sujet sans risque d'être influencé.

DM : Pourquoi choisir ce chapitre de l'Oeil du Monde en particulier ?

Wo9 : Nous avons choisi ce chapitre parce que, bien que de nombreux éléments de l'intrigue soient déjà lancés, c'est la première fois que Rand utilise réellement le Pouvoir de l'Unique. Nous avons estimé que c'était un point excitant dans l'intrigue auquel les fans se rattacheraient volontiers. De plus, cette partie de l'histoire se centre autour d'un nombre limité de personnages, ce qui fait que nous n'avions pas à gérer un casting trop large. Un casting plus large aurait signifié un budget plus conséquent.

DM : Pourriez-vous nous en dire davantage à propos du costume du Myrddraal ?

Wo9 : David Powell et moi-même avons développé et designé le costume du Myrddraal. Nous avons travaillé vraiment dur pour créer quelque chose de cohérent par rapport aux descriptions du livre mais sans être un simple reflet des nombreux fanarts disponibles. Nous avons aussi évité de lui donner un aspect trop reptilien, en raison des récents films d'Harry Potter, car nous ne voulions pas qu'il ressemble à Voldemort. Nous voulions aussi éviter autant que possible l'association avec les Nazguls de Peter Jackson. C'était une mission difficile. Aussi nous avons décidé d'opter pour un aspect conforme à un Myrddraal dès les premières étapes de la transformation. Ce personnage représentait aussi pour nous notre premier réel challenge dans l'adaptation du travail de Robert Jordan à l'écran. Créer un manteau immobile dans le vent était non seulement presque impossible étant donné nos contraintes budgétaires, mais aussi assez peu cinématographique. Cela aurait sans doute pu être réalisé avec plus de temps et de budget, mais pas dans le cadre de ce projet. Nos excuses aux fans orthodoxes.

DM : Vous avez ajouté un membre de l'Ajah Rouge (noir) à cette histoire. Pourriez-vous nous expliquer la raison derrière cette décision ?

Wo9 : La scène d'ouverture du film toute entière a été créée dans le but de remplacer les quelques 400 pages d'exposition qui précédent le moment où notre histoire prend place dans le tome de l'Oeil du Monde. Nous avons estimé nécessaire de créer un contexte qui plongerait le spectateur, fan ou non, dans le monde qu'il est sur le point de découvrir. Cela créait aussi une ouverture très dynamique et présentait la menace qui pèse sur les personnages principaux.

DM : Quels sont les objectifs que vous désirez atteindre avec ce film ?

Wo9 : Depuis le début, le but de ce projet était de promouvoir les artisans et cinéastes de l'Utah. Nous voulions produire un film capable de toucher un large public et qui pourrait vraiment montrer de quoi nous sommes capables. J'espère que l'intérêt que ce projet soulèvera ouvrira des portes aux nombreux individus talentueux impliqués dans sa création et qu'il sera alors possible pour eux d'être pris au sérieux en tant que force créatrice, aussi bien individuellement qu'en tant que groupe.

DM : Comment s'est déroulé le processus d'écriture du script ? Aviez-vous des défis particuliers à surmonter ?

Wo9 : Le script du tournage a été développé au cours de plusieurs réécritures. Le premier scénario, réalisé par un scénariste différent, déviait un peu de l'intrigue du livre, et a été finalement rejeté. Blake Casselman, un fan de la série de longue date, a rejoint le projet pour reprendre le processus de réécriture à partir de zéro. Ses premiers jets étaient de plus proches adaptations du chapitre 'Four Kings in Shadow', mais les retours des lecteurs ne connaissant pas les livres nous apprirent leur confusion quant à l'univers dans lequel le scénario prenait place, et aussi concernant le rôle de Rand en tant que protagoniste. Le plus grand défi a été d'adapter cette partie du livre tout en se passant des quelques 400 pages d'exposition de l'univers, de développement des personnages et de l'intrigue qui y conduisaient. Nous avons décidé que le film devait être aussi accessible que possible aux non-fans. Et c'est dans ce but que nous avons conçu la scène impliquant le Myrddraal et la sœur noire, de même que celle de l'exécution à Quatre Rois, afin d'introduire le conflit et la situation difficile de Rand et Mat, tout en augmentant les enjeux autour de Rand. Nous avons aussi pris des libertés dans le script pour identifier Rand comme le Dragon Réincarné, tout comme nous l'avons présenté clairement comme celui qui canalise le Saidin dans la réserve du Dancing Cart Man, afin de mieux l'établir en tant que protagoniste du film. Encore une fois, ces changements étaient avant tout dans l'intérêt des non-fans.

DM : Combien de jours avez-vous tourné, et avez-vous des anecdotes intéressantes sur le tournage ?

Wo9 : Nous avons tourné trois jours durant au Château Amphithéâtre de Provo, Utah, un jour aux marais salants de Bonneville, et encore trois jours supplémentaires pour les effets spéciaux des dés, l'ouverture du livre, la pancarte de la route de Caemlyn et les transitions sur la carte (un total de 7 jours, b-roll inclus). Bien que chaque tournage ait connu son lot de défis, le plus intéressant était de loin celui des marais salants. Nous avions prévu un temps plutôt ensoleillé, mais à la place, nous avons été harcelés par le vent et la pluie pendant la majorité de la journée. À un certain point, les rafales de vent avaient atteint une telle puissance que nous avons dû interrompre le tournage, protéger la caméra, et lutter pour empêcher notre easy-up ( ? tonnelle pliable ?) d'être déchiré et emporté par le vent.

DM : Que prévoyez-vous pour la suite pour vous et votre équipe ?

Wo9 : La sortie du film étant très récente, les possibilités et opportunités pouvant en découler n'ont pas encore eu le temps de se manifester. Une partie de notre équipe travaille déjà sur nos futurs projets et beaucoup d'entre nous ressentent l'influence positive que ce projet génère. Le futur promet d'être brillant.

*

En outre, on peut découvrir ce petit making of :