Brandon Sanderson était à Paris le 5 novembre, et il a parlé de la Roue du Temps !
Le 10/11/2019 par Klian non favori

Il avait donné rendez-vous à ses lecteurs à la Librairie de Paris, place de Clichy, à l'occasion de la sortie du dernier volume des Archives de Roshar, Justicière. Nous y étions !

C'est devenu une sorte de passage obligé : quelle que soit la très grande qualité des ouvrages de Brandon Sanderson, il y a toujours des fans pour lui parler de la Roue du Temps. Et ce fut bien le cas lors de sa venue à la Librairie de Paris mardi dernier.

Voici trois petites vidéos que j'ai pu filmer lors de certaines de ses réponses aux questions. Les vidéos sont en anglais, mais j'indique ci-dessous, pour nos amis non-anglophones, l'essentiel de ce qui est dit.



Dans la première vidéo, il raconte comment Harriet McDougal, la veuve de Robert Jordan, lui a confié l'écriture de la fin de la Roue du Temps. Harriet avait lu Mistborn et cela lui avait plu. Elle avait aussi lu sur le blog de Brandon Sanderson qu'il était fan de la Roue du Temps. Elle a donc décidé qu'elle voulait qu'il soit le "continuateur" de RJ. Elle a donc appelé Brandon Sanderson directement et lui a dit "bon, vous allez le faire!". Il ne s'y attendait pas du tout, c'était vraiment quelque chose d'un peu effrayant pour lui, mais il a tout de même dit oui après un temps de réflexion.
Le mieux aurait été que RJ puisse finir la série, mais le fait que la série a bel et bien été terminée, d'une bonne manière, est largement dû à Harriet, qui est une très bonne éditrice et qui connaît l’œuvre par cœur. Elle a donc su donner à Brandon tout juste la bonne liberté nécessaire, en l'assurant qu'il avait à la fois une grande liberté de création mais qu'il devait tout de même s'en remettre à elle au final. Elle a porté ainsi admirablement deux chapeaux : celui de veuve de RJ, et celui d'éditrice de grand talent.





Dans la seconde vidéo, Brandon Sanderson explique son point de vue sur la relation écrivain-lecteur et indique que tant que l’œuvre n'est pas lue et qu'elle n'est pas interprétée par le lecteur, elle n'est pas terminée.
Une des choses les plus géniales avec les livres, c'est que vous imaginez vous-mêmes ce que vous lisez, et que de nombreux lecteurs imaginent des choses qui sont au delà des livres, ou un peu différentes.
Par exemple, il a un ami fan de la Roue du Temps, et dans sa vision, Tom Merrillin n'a pas de moustache. Pour Brandon lui-même, la moustache est pourtant une grande partie du personnage de Tom Merrillin, alors que pour son ami, pas du tout. Et ce n'est pas grave ! C'est le lecteur qui a le dernier mot sur sa propre version de l’œuvre, quand il la lit.
A la Renaissance, les artistes avaient des riches protecteurs, des mécènes qui les finançaient, qui leur permettaient de prendre leur temps, de maîtriser leur art. C'est comme cela que de grandes œuvres ont été créées, comme les peintures de David ou la Chapelle Sixtine.
Pour Sanderson, le mécène, c'est les lecteurs : les fans ont payé pour qu'il puisse prendre le temps d'écrire, afin qu'il puisse créer des œuvres que les lecteurs terminent. Il voit son boulot comme celui qui donne 80% de l’œuvre, et laisse le lecteur finir le travail de création lui-même. C'est pour cela qu'il essaye d'être le plus ouvert possible sur le processus d'écriture.





Dans la troisième vidéo, Brandon Sanderson donne des conseils d'écriture. Il explique notamment que le meilleur conseil d'écriture qu'il ait jamais reçu, c'était d'accepter que les premiers livres qu'il écrivait étaient mauvais, et que ce n'était pas grave. Ce n'est pas forcément un bon conseil pour tous les écrivains, mais pour lui, c'était libérateur : il n'avait pas à être bon de suite.
Quand vous écrivez, il y a une chance que votre premier livre soit un grand succès, mais il ne faut pas se concentrer là-dessus. Il faut se concentrer sur soi-même comme étant le produit, non sur le livre. Cela veut dire que l'objectif principal doit être de s'améliorer en tant qu'écrivain, et non pas de produire un best seller. Si vous avez cet objectif en tête, alors chaque livre écrit sera un succès, même s'il n'est pas publié. Tandis que si votre objectif est d'écrire un best seller, statistiquement, vos chances sont minces, car même de très bons écrivains ne sont pas publiés, parfois.
Concentrez vous sur ce que vous pouvez contrôler : vous-même, et le fait de devenir chaque jour un meilleur écrivain.





Réseaux sociaux
La Pierre vous recommande
Résultats de la joute 43 !
Venez lire les textes
Série TV - Ce que nous savons !
Toutes les informations actuelles sur la série TV de la RdT
Lexique des anciens et nouveaux termes français
Petite aide à la compréhension de l'encyclopédie
La Newsletter Pierre de Tear
Abonnez vous à la newsletter pour recevoir les nouvelles de la Roue du Temps en exclusivité !