Joute 34 : Romance planétaire
Texte A : Al-jabr
Le 17/11/2013 par Bebop non favori

Les rayons du soleil commençaient à frapper mon visage pendant que je préparais mon équipement. Cette chaleur au matin qui à un goût d'aventure... jamais je m'en lasserait.

Je me demande si j'ai bien fait d'acheter ce diviseur 3, il m'a coûté vraiment chère par rapport à mon vieux diviseur 2, mais quand même, diviser les nombres par 3 au lieu de 2 ça sera bien plus efficace. Bref, me voilà en route pour allez, STOP ! J'ai bien failli oublier mon éternel compagnon, celui avec qui j'ai passé tant d'années, celui avec qui j'ai partagé énormément d'histoires, celui qui m'accompagnera même si je perd la tête. Je revins sur mes pas, me baissa pour le récupérer et l'ajusta sur ma tête.
Bref me revoilà en route pour allez récupérer un intégrateur, une ancienne relique qui permettrait d'augmenter la force de tout ceux qui l'utilise. Mais pas seulement. Elle permettrait aussi d'incurver les routes, de compter le nombre de personnes dans un bâtiment ou encore de savoir si la théière contient assez de thé pour servir les invités. Mais ce n'est pas cette dernière application qui fait sa renommée, mais la toute première que j'ai énoncée, le fait qu'elle permette d'augmenter sa force !Et dire que cette fonction a longtemps été considérée comme une légende, jusqu'au jour où des scientifiques eurent prouvé son existence. Tout cela commença il y a environ 120 ans avec Abraham Abbott, originaire d'Al jabr, lorsqu'il proposa une théorie unifiant les lois du monde qui nous entour. Chaque lois peut être décrite à l'aide de ce que l'on appel une fonction. Au début, on n'en connaissait que quelques unes : l'addition, la multiplication, la soustraction. Mais la grande aventure ne commença qu'avec les applications, ces objets qui permettent d'utiliser une fonction dans la réalité ! En effet, les applications nous entouraient depuis longtemps et on ne compris leur utilisation que depuis la théorie d'Abbott. Une fois la nouvelle répandue, beaucoup d'aventuriers, de brigands, de marchands, de mercenaires ou encore de touristes partirent à l'assaut de cette planète, jusqu'alors quelconque, qui abrite une grande quantité d'applications. Et voilà comment je me suis retrouvé ici, sur Al jabr.
Voilà une heure ou deux que je marchais, perdu dans mes pensées remplies d'histoires. Le soleil est vraiment fort, heureusement que j'ai mon chapeau. J’aperçois au loin un panneau, mais je n'arrive pas à bien voir ce qu'il indique. Je marcha quelques minutes et pu lire :
¼ʎʃz²ʣ + ∑5*φ = 2 ;
Malheureusement je ne sais pas encore lire la langue locale. A force, je me débrouillais un peu pour communiquer oralement avec les autochtones, mais la langue d' Al jabr reste une langue difficile qui demande beaucoup d'années d'études. Ce panneau est situé devant un petit chemin extrêmement droit, puis qui dévie d'environ 60° sur la droite jusqu'à des petites habitations. A part ceci, il n'y avait rien autours de moi qu'une plaine rocheuse avec quelques montagnes par ici et là-bas. Il me fallait plus d'informations sur l'objet que je recherchais donc je pris le chemin pour atteindre le village.
Une fois rapproché des habitations, je remarqua que l'endroit était inquiétant par son calme. Je fit quelques pas avant d'être pris de peur en voyant au loin des habitants à terre, auxquels il ne restait que des restes, voire carrément réduis à zéro pour les moins chanceux... A quelques mètres de moi gisait un survivant. Heureusement il n'avait pas de séquelle grave, il lui restait 0.6 de force. Je pris un multiplicateur de soin x2 que je lui donna. Il repassa à 1.2, ce qui est bien plus correct, et après s'être remis de ses vertiges, il me parla :
- C'est horrible ! Les négatifs, ils sont revenus !
- Les négatifs ?! Répondis-je, étonné.
- Oui, les négatifs, dit le chiffre encore un peu essoufflé, ces êtres démoniaques et destructeurs. Ils ont tout dévastés, ils étaient bien trop fort. Le plus fort avait une puissance d'au moins 200 !
- 200 ?! Je n'avais pas finis d'être sidéré.
J'avais déjà entendu parlé des négatifs, mais je ne pensais pas tomber dessus aussi rapidement, je pensais qu'ils vivaient entre eux et ne faisaient pas d'histoire. Et en plus avec une force de 200, sachant qu'un chiffre dépasse rarement les 60, ça risque d'être dangereux.
Le chiffre repris :
- Je ne me suis pas présenté. Je m'appelle « 3Kτ ». Je suis un facteur, je distribuais des coefficients lors de l'attaque.
- Enchanté trois-kilo-taow (ma prononciation laissant un peu à désirer). Moi je suis Farad. Voici 5 multiplicateurs de soins, soigne tes proches avec. Malheureusement, je n'ai rien de plus sur moi pour vous aider.
- Je te remercie infiniment minterm. Comment puis-je te remercier ?
- Je recherche une application, l'intégrateur, qui doit se situer pas loin des courbes de degré 3 à une asymptote, saurais-tu où c'est ? J'ai égaré mon schéma à cause de quotients qui m'ont attaqué pendant la nuit. Heureusement, quelques coup de division a suffit pour les réduire en dessous de 1, mais mon schéma n'a pas survécu.
- Oui bien sûr ! Tiens, je vais te montrer sur mon graphe, me dit-il en fouillant dans son sac.

Soudain, un bruit étrange retentit. On aurait dit le craquement d'un glaçon qui se fend. Mais avant de pouvoir comprendre quoi que ce soit, 3Kτ fut réduit à zéros d'un coup. Pris d'effroi, je me retourna et vit un chiffre à l'allure très étrange... un négatif ! Il était accompagné d'autres négatifs, et semblait être leur chef. Dans sa main reposait une application très étrange que je ne connaissais pas.

- Haa ha ha ! C'est ça que tu cherches aventurier ? Me dit-il en me désignant l’application que tenait un de ses acolytes.
L'intégrateur ! Il l'avait déjà trouvé !
- Tu as de la chance, tu vas être la deuxième personne à essayer mon dérivateur, c'est un privilège.
Pris de terreur je ne pu dire un seul mot. Le négatif tira.
- Voici qui t'apprendra maxterm. Pfff dériver un chiffre ça pardonne pas, ha hah ha ! Bon on s'en va les gars, ya plus rien à faire ici !

Après de longues heures de trouble, je me réveilla, au même endroit, vivant. J'étais encore troublé et triste, mais je ne pensais qu'à seule une chose : devenir plus fort et retrouver ces négatifs. J'avais bien fait de m'équiper d'une variable.

La Pierre de Tear sur Facebook La Pierre de Tear sur Tweeter
La Boutique Pierre de Tear
Notre Boutique sur Amazon
La Pierre vous recommande
Joute 41 : les résultats
Venez féliciter les jouteurs !
Le joyau de Liana, par Aramina
Texte vainqueur de la joute 41 !
Lexique des anciens et nouveaux termes français
Petite aide à la compréhension de l'encyclopédie
La Newsletter Pierre de Tear
Abonnez vous à la newsletter pour recevoir les nouvelles de la Roue du Temps en exclusivité !