High Fantasy
Fils-des-Brumes, par Brandon Sanderson
Le 15/02/2012 par Owyn (Admin) non favori

Dans un monde en fin de vie où la cendre tombe continuellement sur des terres couvertes de brume, le Seigneur Maitre - qui a sauvé le monde lors de l’Ascension en le condamnant à la damnation - règne d’une main de fer sur son Empire. Les nobles vivent comme des Rois, tandis que les Skaas survivent, serfs au service des biens-nés. Luthadel, la capitale, regorge d’orphelins et de malfrats alors que les nobles festoient et les Inquisiteurs font respecter la loi.
Vin, une jeune voleuse abandonnée par son frère, se retrouve par hasard embrigadée dans une folle histoire par Kelsier, un voleur réputé pour s’être échappé des Puits de Hatshin. Elle découvre alors qu’elle est une Fille-des-Brumes, une personne capable de brûler les Métaux pour influer sur son environnement. Kelsier est recruté par la rébellion Skaa pour mener à bien un projet dément : faire tomber l’Empire Ultime...


Originellement commencée en 2006 en tant que trilogie, la saga Mistborn (Fils-des-Brumes en VF) est une série comportant pour le moment 4 volumes publiée aux éditions Orbit, écrite par Brandon Sanderson, l’auteur choisi par Harriet McDougal, veuve de Robert Jordan (décédé d’Amiloïdose le 16 septembre 2007) pour terminer l’œuvre de ce dernier : « la Roue du Temps ». Brandon Sanderson possède une Maitrise en écriture créative de l’université de Brigham Young University, où il est devenu professeur, et a depuis publié 18 livres (Y compris la Roue du Temps, basée sur les notes prolifiques de Robert Jordan).

Fils-des-Brumes est une série évoquant la fin de tout. Un monde décrépi, ensemencé de cendres en continu, recouvert de brume la nuit. La population scindée entre deux classes : Les Nobles vivant dans l’opulence et les Skaa, asservis par ces premiers. Un Empire gouverné d’une main de fer, dont chaque rouage est parfaitement pensé. Certaines personnes possède une étrange habilité, normalement réservée aux nobles : ils peuvent brûler certain métaux qui leurs donnent des capacités intéressantes. Par exemple, l’étain renforce les capacités physiques, le fer permet d’attirer les métaux vers soi, et le zinc enflamme les émotions (ces personnes sont appelées Brumants ou « Mistings » en VO). De plus, les Fils-des-Brumes « Mistborns » dans la version originale, peuvent brûler tous les métaux.

L’auteur créé ici une nouvelle fois un système de « magie » fouillé et réfléchi, qui se complexifie au fil des tomes, dévoilant de nouveaux secrets, comme la Féruchemie (la capacité de stocker des capacités dans les Métaux) ou l’Hémalurgie (qui permet de voler et transférer des capacités liées aux Métaux à d’autres personnes).

L’intrigue, pleine de suspense, tient en haleine, nous empêchant de s’échapper de la lecture. Chaque livre est interdépendant, racontant une histoire différente en lien avec les autres. Nous suivons ainsi la survie d’une planète moribonde, de la chute à la rédemption.

Comme toujours, Brandon Sanderson use d’un style volontiers léger, parfois dramatique, flirtant entre Dark et High Fantasy. Des héros peu communs, chacun doté d’une personnalité unique et se retrouvant à travailler ensemble pour leurs propres raisons, pimentent l’histoire très agréablement, nous promenant de l’humour volage aux pensées profondément philosophiques, comme les tourments d’une jeune femme, ou les états d’âme d’une personne trahie par ses pairs, l’abnégation d’une personne honnie. Tandis que le voile est levé sur les mystères qui entourent l’univers construit par l’auteur, on apprend finalement que ce que l’on croit n’est qu’une pâle copie de la réalité.

Sanderson créé un monde riche, peuplé de gens au caractère particuliers, et de créatures étranges dont la genèse est intimement liée à l’histoire. La magie fait appel aux lois de la physique, et reste cohérent dans tous ses domaines. Peu à peu, on s’imagine parcourant les rues, sentant la Brume qui nous entoure, ou subissant les atroces tourments réservés aux contrevenants à la dure loi du Seigneur Maitre. On réfléchit, en même temps que les personnages, aux différentes possibilités pour échapper à la destinée certaines qui les attends, et on souffre en même temps qu’eux de leurs échecs, s’émerveille de leurs réussites souvent non durables, de leurs revers de fortune et autres déboires. Malgré cela, on espère, au fil des chapitres, que tout finira bien. L’auteur parvient, en très peu de temps, à casser les illusions et à renverser la vapeur, nous faisant passer du rire aux larmes, de l’espoir à la défaite. Bref, jamais rien ne se passe comme on s’y attend dans Fils-des-Brumes.


(Merci à Demiandre pour cette critique !)

Voir aussi :
Livres parus (version française entre parenthèse) :
Cycle Fils-des-Brumes :
1- L’Empire Ultime - 2006 (2010)
2- Le Puits de l’Ascension - 2007 (2010)
3- Le Héros des Siècles - 2008 (2011)

Cycle Wax and Wayne :
4- L’Alliage de la Justice - 2011 (2012)

Voir aussi, du même auteur, la critique d'Elantris et de la Voie des Roi, Tome 1
La Pierre de Tear sur Facebook La Pierre de Tear sur Tweeter
La Boutique Pierre de Tear
Notre Boutique sur Amazon
La Pierre vous recommande
Joute 41 : les résultats
Venez féliciter les jouteurs !
Le joyau de Liana, par Aramina
Texte vainqueur de la joute 41 !
Lexique des anciens et nouveaux termes français
Petite aide à la compréhension de l'encyclopédie
La Newsletter Pierre de Tear
Abonnez vous à la newsletter pour recevoir les nouvelles de la Roue du Temps en exclusivité !