Fantasy historique
Royaume de Tobin (le), par Lynn Flewelling
Le 03/02/2012 par Owyn (Admin) non favori

Le royaume de Skala est sous la protection des dieux : guerres, famines et destructions lui sont épargnées mais cette protection vient sous une certaine condition. Elle ne durera que tant qu’une reine-guerrière sera installée sur son trône. Mais la dernière reine-guerrière a sombré dans une folie meurtrière, et se complaît dans le meurtre et la torture. Exaspéré par ses excès, son propre fils l’assassine, et ayant décidé que plus jamais une reine-guerrière ne régnerait sur Skala, il s’empare du trône de ses mains couvertes du sang de sa mère. Mais aussitôt, la protection des dieux est levée, et leur colère se fait sentir un peu plus chaque jour.

Face au peuple qui gronde, le roi Erius décide alors de prendre des mesures radicales pour éviter toute rébellion : toutes les femmes ou filles de sang royal sont impitoyablement assassinées, et les magiciens de l’Illuminateur qui ont toujours soutenu les reines-guerrières sont soumis à une surveillance sans merci. La seule à avoir échappé à cette sanguinaire répression est Ariani, la propre sœur du roi, qu’il aime trop pour songer à lui faire du mal. Or elle est enceinte, de jumeaux. Mais si le roi est prêt à lui laisser la vie sauve, il n’en va pas de même pour ses enfants, si ce sont des filles.
Et Iya la magicienne le sait, l’un des enfants sera une fille, l’Oracle le lui a prédit. Aussi, pour sauver la seule encore susceptible de régner légitimement sur Skala, élabore-elle avec le duc Rhius, le mari de la princesse Ariani, un plan désespéré, sombre et cruel. Puisque les enfants mâles n’ont rien à craindre, elle va transformer la future reine en garçon. Mais pour ce faire, il faudra que son frère jumeau meure, permettant ainsi de présenter au roi un enfant mâle en vie, et une petite fille morte-née.
Le sortilège réussit, et l’enfant, nommé Tobin, grandit à l’écart de la cour. Mais la princesse Ariani n’a jamais accepté le sacrifice de son fils, et son esprit a lui aussi basculé dans la folie. Elle rejette Tobin, le rendant responsable de tout, et ne parle plus qu’à son frère assassiné. Et parfois il lui répond. Car l’esprit du bébé sacrifié est avide de vengeance, empli de haine pour ses meurtriers, et de jalousie pour Tobin. Et tandis que le royaume souffre plus que jamais, le roi lui-même devient de plus en plus soupçonneux. Pour assurer que Tobin survive, il faut être plus prudent que jamais, sinon elle ne vivra jamais pour régner sur le royaume, son royaume. Le royaume de Tobin…

*

Un petit cycle de fantasy bien sympathique, assez bien dans l’esprit de l’assassin royal (je le préfère d’ailleurs un petit peu à l’assassin royal), le thème de la recherche de soi étant néanmoins abordé sous un aspect un peu moins « mystique » que dans l’assassin royal. Le style est prenant, l’histoire bien écrite et efficace. Peut-être pas un incontournable de la fantasy, mais en tout cas un cycle qui ne devrait pas décevoir ceux qui le lisent. En anglais, il s’agit d’une trilogie, mais comme souvent, les livres ont été coupés en deux à la traduction, et il y en a donc 6 en français. Je le recommande vraiment à tous ceux qui ont envie d’un cycle de fantasy relativement facile à lire, agréable et avec un peu de suspense et d’action.

Le Royaume de Tobin

1- Les jumeaux (2004)
2- Les années d'apprentissage (2004)
3- L'éveil du sang (2004)
4- La révélation (2006)
5- La troisième Orëska (2007)
6- La Reine de l'Oracle (2008)

*

Merci à Ellebore pour cette critique !

PöpØ à répondu l 06/03/2012 à 19:38
Une petite saga bien sympatique effectivement dans la lignée de l'assassin royal. En même temps il me semble que Lynn Flewelling a été plus ou moins parainnée par Robin Hobb, donc une chose en explique une autre.
L'intrigue est interessante car elle n'est pas cousue de fil blanc. Le thème du récit n'est pas non plus révolutionnaire avec le méchant tonton qui a volé le trône et le héros qui doit tout faire pour le récupérer. C'est le développement qui est un peu plus original.
Le début de la saga est un peu sombre avec notament les relations de Tobin avec sa mère, mais c'est plus joyeux dans la suite. La magie est présente sans être envahissante. Les points communs avec l'assassin royal sont les passages apprentissage et formation des jeunes nobles. Les scènes sont vivantes et plutot bien écrites. La principale caractéristique (à mon sens) de cette saga est que le héros principal est en fait une héroïne ce qui est assez rare en fantasy pour être souligné. Bien sûr cela s'accompagne d'un petit message féministe mais rien de bien génant. Donc globalement, je recommande !
Calyss à répondu l 06/06/2012 à 21:38
Entièrement d'accord, c'est une série à lire si on a aimé l'Assassin Royal. Je vais pas répéter ce qui a été déjà dit, juste dire une chose:
Pour ne rien gâcher, il y a une "suite", peut être encore mieux (une de mes séries préférées et je suis exigeante): Nighrunner, qui se déroule quelques siècles plus tard, en Skala et dans les pays environnants.
La Pierre de Tear sur Facebook La Pierre de Tear sur Tweeter
La Boutique Pierre de Tear
Notre Boutique sur Amazon
La Pierre vous recommande
Joute 41 : les résultats
Venez féliciter les jouteurs !
Le joyau de Liana, par Aramina
Texte vainqueur de la joute 41 !
Lexique des anciens et nouveaux termes français
Petite aide à la compréhension de l'encyclopédie
La Newsletter Pierre de Tear
Abonnez vous à la newsletter pour recevoir les nouvelles de la Roue du Temps en exclusivité !