Heroïc-Fantasy
Rêveurs (les), par David Eddings
Le 02/12/2011 par Klian (Admin) non favori

Ils sont quatre dieux, frères et soeurs. Leur règne sur le monde dure depuis des millénaires, mais ils transmettront bientôt leurs pouvoirs à leurs successeurs qui sont encore des enfants endormis. On les appelle les Rêveurs. Cette transition est leur seule faiblesse, l'unique instant pendant lequel ils sont vulnérables. Le Seigneur des Terres Dévastées le sait. On l'appelle Vlagh, un être maléfique, dont l'ambition est de devenir immortel en détruisant la fratrie divine. Il a créé une armée d'êtres hybrides à son image, à la fois insectes, reptiles et humains. Il prépare ses immondes troupes et attend. Il va lancer la plus grande guerre que ce monde n'ait jamais connue. Mais au-delà des ténèbres qui s'annoncent, l'espoir devra venir des Rêveurs qui ont le contrôle absolu des éléments. La puissance de ces enfants-dieux est en sommeil mais leurs ainés ont décidé, contre les lois éternelles qui les gouvernent, de les éveiller avant terme...

(Quatrième de couverture)




David Eddings avait fini de me surprendre, depuis le temps. Auteur assez prolifique, il m’a toujours laissé une impression plutôt ambivalente. La lecture de la Belgariade est un bon exemple : cette saga rassemble tous les défauts ou presque que peut trouver un ouvrage de fantasy. Les personnages y sont caricaturaux, les héros sont invincibles, la prophétie donne un fil conducteur trop évident : on a presque l’impression de lire le compte-rendu d’une partie de jeu de rôle sur plateau. Malgré tout, la Belgariade a enchanté des milliers de lecteurs, moi y compris. On a du mal à en sortir avant la dernière page, pris que nous sommes dans un récit réellement épique et bien mené. Malgré ses défauts, manquer la Belgariade serait une erreur !

Je me suis donc lancé avec un enthousiasme certain dans la dernière série du couple Eddings, la seule que je n’avais pas lu : Les Rêveurs. Quatre tomes et plus de deux mille pages plus loin, j’ai quelque peu déchanté. La série, qui commence avec un premier tome titré Le Révéil des Anciens Dieux, est manifestement la série de trop. Celle que David et Leight n’auraient pas du écrire.

David et Leight Eddings nous proposent ici un monde assez simple, centré sur le pays de Dhrall, lui-même divisé en quatre domaines sur lesquel règnent quatre dieux en fin de « cycle ». Ceux-ci vont bientôt être remplacés par quatre autres dieux, alors qu’une menace incarnée par un insectoïde appelé le Vlagh pèse sur les humains du pays de Dhrall. Malheureusement, cette idée qui aurait pu donner quelque chose d’intéressant (le background n’étant pas moins bon, en soit, que celui de la Belgariade) se révèle être en carton pâte. Plus le récit avance, plus l’intérêt se réduit

Les Eddings, qui ne mettent absolument jamais en danger les principaux héros ou presque (mais ça, on était habitués), les enferment ici dans une histoire en quatre actes dont la fin est évidente dès le début (on va tuer le méchant, et point). Un personnage mystérieux (mais dont l’identité est évidente très rapidement) intervient vite et aide nos héros de manière à ce que l’essentiel de leurs actions ne servent à rien : ils deviennent vite une péripétie inutile, un appât pour les méchants monstres, à chaque fois victimes des éléments (le feu, l’eau, le vent…). Des entités supérieures venues d’on ne sait où, un humour qui n’en est pas un, des personnages sans intérêt… Je m’arrête là ? Le récit perd par ailleurs tout intérêt de la manière la plus frustrante qui soit dans les derniers chapitres.

Je ne vous révèle pas la fin, pour les guerriers qui aiment les histoires se terminant en jus de boudin. J’espère toutefois que cet article vous aura convaincu de lire la Belgariade ou la Trilogie des Joyaux mais de ne surtout pas lire les Rêveurs. Je plains Jean-Claude Mallé, un bon traducteur qui a dû travailler sur cette histoire inintéressante juste parce qu’elle a été écrite par David Eddings…

NoteEn résumé
6 / 20 Vous pouvez lire du Eddings. Je vous y encourage même. Mais tournez vous vers la Belgariade ou la Trilogie des Joyaux. Vous pouvez oublier Les Rêveurs, qui restera définitivement la série de trop pour l'un des couples les plus célèbres de la fantasy moderne.

Rendez-nous Émouchet et Belgarath, que diable !
La Pierre de Tear sur Facebook La Pierre de Tear sur Tweeter
La Boutique Pierre de Tear
Notre Boutique sur Amazon
La Pierre vous recommande
Joute 41 : les résultats
Venez féliciter les jouteurs !
Le joyau de Liana, par Aramina
Texte vainqueur de la joute 41 !
Lexique des anciens et nouveaux termes français
Petite aide à la compréhension de l'encyclopédie
La Newsletter Pierre de Tear
Abonnez vous à la newsletter pour recevoir les nouvelles de la Roue du Temps en exclusivité !